Publicité

QUESTION D'ACTU

"Révolution tranquille"

Polyamorie, fétichisme, asexués : l'évolution des comportements sexuels au 21e siècle

Selon Phillip Hammack, professeur de psychologie à l'Université de Californie, le XXIe siècle est marqué par une "révolution tranquille" des relations intimes.

Polyamorie, fétichisme, asexués : l'évolution des comportements sexuels au 21e siècle nd3000 / istock.

  • Publié 06.11.2018 à 14h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Le XXIe siècle connait le début d'une "révolution tranquille" des relations intimes, selon Phillip Hammack, professeur de psychologie à l'Université de Californie. Pour le spécialiste, de plus en plus de personnes s’épanouissent dans des relations sexuelles autres que la monogamie et l'hétérosexualité.

Il cite par exemple les asexués, le fétichisme, les relations poly-amoureuses ou transgenres. La légalisation du mariage homosexuel serait selon lui le moteur de l’explosion de la diversité des relations.

Les personnes asexuées

"J'ai appelé cela une révolution tranquille, parce que c'est vraiment différent des émancipations sexuelles des années 60/70, qui étaient très visibles", explique le professeur dans son article "Queer Intimacies: A New Paradigm for the Study of Relationship Diversity".

Concernant les personnes asexuées par exemple, le fait d’avoir été supprimées du dernier DSM-5 les a poussées à se regrouper discrètement sur Internet au début des années 2000. "On suppose que les personnes asexuées n’ont pas de relations parce qu'elles éprouvent peu ou pas de désir sexuel, mais c’est un mythe", explique Phillip Hammack. "Elles ont des relations intimes, mais on ne sait pas grand-chose sur elles", ajoute-t-il.

Polyamorie et fétichisme

Autre exemple, la polyamorie apparaît maintenant dans le Oxford English Dictionary. Elle y est définie comme une "pratique consistant à avoir des relations sexuelles multiples avec le consentement de toutes les personnes concernées". Le succès du roman Fifty Shades of Grey, paru en 2011, a de son côté ouvert le débat sur les relations fétichistes, longtemps considérées comme anormales.

"L'une des choses les plus intéressantes, c'est que l'hétérosexualité s'ouvre comme jamais auparavant", conclut Phillip Hammack, pour qui toutes ces nouvelles pratiques sexuelles et leurs conséquences familiales doivent être nouvellement analysées d’un point de vue scientifique.

Des rapports sexuels avec des personnes du même sexe

Une étude publiée dans la revue Archives of Sexual Behavior indique en effet que le pourcentage d'adultes qui ont eu des rapports sexuels avec des personnes du même sexe a doublé depuis les années 1990. Elle révèle également que l'acceptation de la sexualité homosexuelle a augmenté parmi toutes les générations, les Millennials étant les plus réceptifs.

Entre 1990 et 2014, le pourcentage d'hommes ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels avec au moins un homme est passé de 4,5% à 8,2%. Le nombre de femmes ayant déclaré avoir eu des rapports sexuels avec au moins une femme est passé de 3,6 % à 8,7%. Le pourcentage d'adultes déclarant avoir eu des rapports sexuels avec des hommes et des femmes est passé de 3,1% à 7,7%. Parmi les Millennials - les adultes âgés de 18 à 29 ans en 2010 - 7,5% des hommes et 12,2% des femmes ont déclaré avoir déjà vécu une expérience homosexuelle.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité