Publicité

QUESTION D'ACTU

Crise

Hôpital de Saint-Brieuc : 120 médecins démissionnent d'un coup

En conflit depuis plusieurs mois avec leur hiérarchie, les 120 médecins de l’hôpital Yves-le-Foll de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ont démissionné de leur poste à la Commission médicale de l’établissement. Une enquête de l’Inspection générale des affaires sociales a été ouverte.

Hôpital de Saint-Brieuc : 120 médecins démissionnent d'un coup sudok1/iStock

  • Publié 15.10.2018 à 09h19
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est "une première dans l’histoire de l’hôpital, qui nous laisse un sentiment de grande tristesse. Cela montre que notre hôpital ne va pas bien", reconnaît un chef de pôle de l’hôpital de Saint-Brieuc. Mardi 9 octobre, la Commission médicale de l’établissement (CME) a vu tous ses membres praticiens démissionner collégialement.

Une première démission cet été

Cet été, déjà, les tensions étaient vives entre les médecins et la direction hospitalière. En juillet, le président de la CME, le Dr Benoit Moquet, avait démissionné, estimant que sa mission était devenue trop compliquée. Les médecins avaient une première fois menacé de démissionner. Ils ont finalement mis leur menace à exécution en ce début octobre.

Parmi les griefs des médecins, figurent le mode de gouvernance de l’hôpital, le non-remplacement des CDD et l'absence de concertation pour un projet de construction d’un pôle ambulatoire pour 25 millions d’euros.

Une CME fantôme

"Dans les services, on reprochait un peu (aux médecins) de cautionner les décisions de la direction", précise le médecin urgentiste et délégué de l’association des médecins urgentistes de France (Amuf), Christian Brice. "Leur acte marque un tournant. Aujourd’hui, la direction n’a donc plus d’interlocuteurs, le dialogue est rompu".

La mission de la CME est d’assurer le bon fonctionnement des services. Depuis le 9 octobre, il n’y a plus de CME puisque la nouvelle présidente, le Dr Cynthia Garignon nommée après la démission du Dr Benoit Moquet, a elle aussi présenté sa démission.

Une enquête ouverte

Pourtant, une CME est obligatoire pour le bon fonctionnement d’un hôpital. Le doyen des praticiens pourrait y être nommé mais la menace de sa démission instantanée plane au-dessus de la direction de l’hôpital.

Ces démissions en cascade ont déclenché l’ouverture d’une enquête par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS). "L’agence régionale de santé (ARS) craint que cela fasse tâche d’huile dans les autres hôpitaux en souffrance. L’ARS nous a proposé une médiation que nous avons refusée. Nous, nous réclamons un diagnostic sur la gouvernance", explique un chef de service.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité