Publicité

QUESTION D'ACTU

Alerte santé

Un suicide se produit toutes les 40 secondes dans le monde

L’OMS vient de publier un long rapport pour en finir avec ce fléau qui touche environ 800 000 personnes chaque année dans le monde.

Un suicide se produit toutes les 40 secondes dans le monde spukkato/iStock

  • Publié 12.09.2018 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est un chiffre vertigineux, qui fait froid dans le dos : selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), un suicide a lieu quelque part dans le monde toutes les 40 secondes. Cela équivaut à 800 000 personnes qui, chaque année quelque part sur la planète, mettent fin à leur jour.

L’OMS tire la sonnette d’alarme en rappelant la nécessité de mettre en place des actions nationales pour restreindre l’accès aux moyens de suicide, mais aussi en prenant en charge de manière précoce les personnes en détresse psychologique.

Deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans

Dans son "Guide pour la prévention communautaire du suicide", l’OMS revient sur les chiffres, glaçants, du suicide. Touchant principalement les hommes âgés (la tranche 45-54 ans puis au-delà de 74 ans), le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans. Il représente 16 % des décès de cette tranche d'âge, et 20 % des décès chez les 25-34 ans. Problème de santé publique et véritable fléau mondial, il n’épargne aucun pays, pas même la France. Selon l’Observatoire National du Suicide 2018, 80 000 tentatives de suicides sont dénombrées chaque année dans l’Hexagone et 10 000 personnes mettent fin à leurs jours.

"La France présente un taux de suicide parmi les plus élevés des pays européens, derrière les pays de l’Est, la Finlande et la Belgique", explique SOS Amitié cité par La Dépêche. Depuis sa création il y a plus de 50 ans, la plate-forme offre à toutes celles et tous ceux qui en ont besoin une écoute attentive et bienveillante, au cours de laquelle l’anonymat est respecté. "Par l'écoute, parfois on peut saisir quelque chose, un élément qui suggère que la personne peut revenir en arrière. Alors on lui propose de l'aide. Il faut lui demander pour cela de rompre l'anonymat. Parfois elle accepte, parfois non", raconte au Figaro Marie, une bénévole du centre d’appel.

Briser l’omerta en menant une véritable politique de santé publique

Indispensable, cette écoute suffit parfois à détourner la personne de ses pensées suicidaires. Malheureusement, elle est encore trop rare, estime Alain Mathiot, Président de S.O.S Amitié France, qui déplore qu’aujourd’hui, "le suicide reste le plus souvent un drame caché, voire un tabou dans notre pays".

C’est pour en finir avec l’omerta autour du suicide que le thème choisi cette année pour la Journée mondiale du suicide qui a eu lieu le 10 septembre était "Travailler ensemble pour lutter contre le suicide". Son objectif ? Prévenir les comportements suicidaires en mobilisant l’ensemble des ressources et les acteurs. L’OMS conseille ainsi aux pouvoirs publics de mettre en place de véritables politiques de santé publique pour lutter contre le suicide, de la même manière qu’elles existent pour réduire l’alcool ou la cigarette. Réduire l’accès aux moyens de se suicider (pesticides, armes à feu, médicaments…) doit aussi être une priorité, tout comme assurer le dépistage précoce, le traitement et la prise en charge de personnes souffrant de troubles mentaux et de troubles liés à l’usage de substances psychoactives.

Il est enfin indispensable de mieux former les agents de santé non spécialisés à l’évaluation et à la prise en charge de comportements suicidaires et d’assurer un suivi de qualité aux personnes ayant déjà fait une tentative de suicide.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité