Publicité

QUESTION D'ACTU

Neurologie

Que se passe-t-il dans le cerveau des femmes lorsqu’elles ont leurs règles ?

Le cycle menstruel n’influence pas seulement les troubles de l’humeur, il peut aussi agir positivement sur le cerveau des femmes. Meilleure perception de l’espace, meilleure mémorisation ou compétences sociales supérieures… Selon le moment de leur cycle, les femmes semblent plus aptes à acquérir certaines capacités. 

Que se passe-t-il dans le cerveau des femmes lorsqu’elles ont leurs règles ? LuckyBusiness/iStock

  • Publié 08.08.2018 à 09h36
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans l’imaginaire commun, une femme qui a ses règles ou qui est sur le point de les avoir est une femme irritable, de mauvaise humeur, prête à bondir à la moindre contrariété. "Elle a ses règles ou quoi ?", est d’ailleurs devenue une expression consacrée, qui renforce le tabou entourant encore les menstruations.

Le rôle-clé des hormones sexuelles féminines

Souvent jugées honteuses et sales, provoquant des sautes d’humeur, de la tristesse, de l’anxiété, les règles sont pourtant bénéfiques pour le cerveau des femmes. Plusieurs études ont en effet prouvé qu’elles étaient étroitement associées à la production d’hormones qui modifiaient la structure de deux zones du cerveau : d’abord l’hippocampe, zone du cerveau impliquée dans l’orientation dans l’espace, ainsi que dans la mémorisation, mais aussi l’amygdale, noyau jouant un rôle dans le circuit empathique et dans la gestion de la peur.

Pour comprendre comment les hormones produites pendant les règles ont une influence positive sur le cerveau des femmes, il faut d’abord s’intéresser aux ovaires. Ce sont elles qui produisent, à des niveaux différents selon le moment du cycle, les œstrogènes et la progestérone.

Dans un article de la BBC repéré par Slate, la journaliste Zaria Gorvett, explique que ces deux hormones sexuelles, chargées d'épaissir la muqueuse de l'utérus et de décider quand libérer l’ovule, affectent aussi le cerveau.

Parmi les études s’étant penchées sur le rôle joué par les hormones sexuelles dans la modification de la structure de deux zones du cerveau, se trouve celle de la psychologue Pauline Maki. En 2002, la scientifique a étudié les conséquences de la fluctuation du niveau d’œstrogènes sur un groupe de 16 femmes volontaires. Chaque participante a été évaluée deux fois : une fois juste après les règles, lorsque les taux d'œstrogène et de progestérone étaient faibles et une semaine environ après l'ovulation, lorsque les taux d'œstrogène et de progestérone étaient élevés.

Mémorisation, communication et perception de l’espace

Elle s’est alors aperçue que lorsqu’elles présentaient de hauts taux d’hormones, les femmes étaient meilleures pour manier les mots mais avaient plus de difficultés à se repérer dans l’espace. En revanche, lorsque leurs taux d’hormones étaient bas, elles jouissaient à nouveau d’une meilleure perception de l’espace.

Comment l’expliquer ? Pour Pauline Maki, les hormones féminines, et en particulier les œstrogènes, agissent sur l’hippocampe, qui grossit chaque mois avant l’ovulation. Alors au maximum de ses capacités, il participe à une meilleure mémorisation et joue aussi un rôle dans le développement des compétences de communication.

Une étude de 2008 publiée dans le Journal of Women's Health aboutit aux mêmes conclusions et va même plus loin : pour les neuroscientifiques, les œstrogènes agissent sur la myélinisation des neurones de l’hippocampe. Or, une meilleure myélinisation participe à un meilleur et à un plus rapide traitement de l’information. D’où ces meilleures capacités de mémorisation et de communication avant l’ovulation.

De meilleures compétences sociales

La seconde zone du cerveau à subir des modifications sous l’influence des hormones est l’amygdale, où sont gérées les émotions, et en particulier la peur et la décision de combattre ou de fuir. Curieusement, l'amygdale joue aussi un rôle crucial pour éviter les erreurs sociales, car comprendre pourquoi une personne a peur - et décider si nous devrions l'être aussi - exige de voir le monde de son point de vue. P

our la psychologue, les capacités des femmes à reconnaître la peur atteignent leur niveau maximal chaque mois, lorsque leurs taux d’œstrogènes sont au plus haut. Cela pourrait expliquer pourquoi les femmes qui ne produisent pas suffisamment d’hormones sont aussi moins douées pour reconnaître la peur et ont ainsi de moins bonnes capacités sociales.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité