Publicité

QUESTION D'ACTU

"Simple, basique"

VIDEO. A Toulouse, des soignants du CHU parodient le rappeur Orelsan pour dénoncer le manque de moyens dans les hôpitaux

Après des mois de grève sans être entendus, des soignants du CHU de Toulouse ont décidé de frapper fort en postant sur les réseaux sociaux et YouTube une vidéo où ils reprennent "Basique" du rappeur Orelsan. Objectif : dénoncer leurs conditions de travail et exprimer leur ras-le-bol. 

VIDEO. A Toulouse, des soignants du CHU parodient le rappeur Orelsan pour dénoncer le manque de moyens dans les hôpitaux Capture YouTube

  • Publié 14.06.2018 à 17h40
  • |
  • |
  • |
  • |


La méthode est simple, "basique". Mais elle a le mérite de fonctionner. Lundi 11 juin, des membres du personnel soignant du CHU de Toulouse ont partagé sur les réseaux sociaux et sur YouTube une vidéo qui fait état de leur mal-être et de la crise qui secoue actuellement le secteur hospitalier. Rassemblés devant l’hôpital de Purpan sur les voies du tramway toulousain, les soignants du CHU reprennent de manière parodique "Basique", le tube du rappeur Orelsan.

"Soignant c’est une vocation mais ça veut pas dire qu’on va pas perdre patience. Le taf de 4 fait à 2, tu deviens pas Shiva même si t’es en transe (…) Personne ne veut avoir à mourir pour des raisons d’argent (…) Si c'était ta mère dont je m'occupais, je ne pense pas que tu me dirais d'économiser (...) qu'on ne vienne pas me dire que je ne sais pas m'organiser quand soi-même on ne sait pas gérer (...) bobos, euros, dodo, c'est un système qui se délite à cause des abrutis d'en haut qu'on ose encore appeler des élites", chante Jérémie, infirmier libéral qui a accepté de participer à la vidéo à la demande de ses amies infirmières au service post-urgence-traumato de Purpan.

Mal-être, surmenage, manque de personnel et de moyens financiers, prise en charge et traitement des patients défaillants… En 3 minutes, l’essentiel est dit, et n’épargne ni la direction de l’hôpital, ni le gouvernement qui sont, selon les soignants, sourds à leur souffrance et à leurs revendications.

Une vidéo vue 3 millions de fois et adoubée par Orelsan

"Ça fait des mois que des services sont en grève et qu’on n’est pas entendus. Tout le monde s’en fout. On a donc décidé d’utiliser une autre forme d’expression qui ne donne pas dans le pathos et qui soit positif", explique à La Dépêche du Midi Julien Terrié, secrétaire général de la CGT au CHU de Toulouse, syndicat qui a posté la vidéo sur sa page Facebook.

"L’idée sur le mode du rap d’Orelsan, c’était de rappeler à notre direction ce qu’est notre métier de soignants et nos valeurs, poursuit Julien Terrié. Simple et basique".

Aidé par Jérémie, qui chante dans la vidéo, les soignants et soignantes ont écrit les paroles ensemble et ont filmé la vidéo le 28 mai dernier dans l’enceinte même du CHU avant de la poster en début de semaine.

Le succès est immédiatement au rendez-vous. En l’espace de 24 heures, la vidéo cumule déjà des milliers de vue. A l’heure où nous écrivons ces lignes, elle a été partagée plus de 160 000 fois et été vue par 3,7 millions d’internautes sur Facebook. Contacté par les grévistes pour obtenir les droits de diffusion, Orelsan lui-même aurait apprécié leur démarche.

Une crise généralisée

Aujourd’hui, les soignants du CHU espèrent que leur vidéo n’en restera pas au statut d’épiphénomène sur les réseaux sociaux et espèrent des mesures concrètes de la part de la direction. "Après la victoire de la mobilisation de l’hôpital psychiatrique du Rouvray, l’heure est maintenant à la mobilisation de toute la santé contre les mesures du gouvernement appliquées par les directions hospitalières, régionales, des cliniques et des EHPAD", écrit sur YouTube la CGT du CHU de Toulouse.

Depuis plusieurs mois maintenant, la situation des hôpitaux préoccupe et les mobilisations sont nombreuses à travers la France. À l’Hôpital psychiatrique du Rouvray en Seine-Maritime, huit salariés ont mené pendant 18 jours une grève de la faim pour réclamer de meilleurs moyens. La direction a finalement annoncé la création de trente postes d’unités spéciales pour les adolescents et les patients. Mais une fin de mobilisation débouche sur une autre. À Vierzon dans le Cher, l’intersyndicale de l’hôpital a déposé lundi un préavis de grève illimitée. La coordination nationale de défense des hôpitaux et maternité de proximité organise un rassemblement le 16 juin à Paris.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité