Publicité

QUESTION D'ACTU

A très long terme

Epilepsie : la Dépakine prise pendant la grossesse diminue les performances scolaires de l'enfant

Les performances scolaires des enfants nés de mères ayant pris le médicament contre l'épilepsie Valproate (Dépakine) pendant leur grossesse sont nettement moins bonnes que les autres, selon une nouvelle étude. On parle ici des résultats de "l'école primaire et du collège", en mathématiques notamment.

Epilepsie : la Dépakine prise pendant la grossesse diminue les performances scolaires de l'enfant Creative-Family / stock

  • Publié 13.06.2018 à 07h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Les enfants nés de mères ayant pris le médicament contre l'épilepsie Valproate (Dépakine) pendant leur grossesse ont un rendement scolaire considérablement diminué, selon une nouvelle recherche de l'université d'Aarhus, au Danemark. Ces résultats sont publiés dans JAMA Neurology.

480 000 enfants danois

Les femmes épileptiques doivent, lorsqu’elles tombent enceinte, s’assurer de ne pas faire de crise. Le bébé en développement court un certain risque subséquent à un traumatisme direct subi par l'abdomen de la mère au cours d'une convulsion violente. Il y a également le risque qu'une convulsion majeure qui le prive temporairement d'oxygène. Des chutes de la maman sont aussi envisageables.

Les chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de près de 480 000 enfants danois, tous nés entre 1997 et 2006, ainsi que leurs performances scolaires. Résultat : ceux dont les mères avaient pris du Valproate pendant leur grossesse travaillaient nettement moins bien à l’école que ceux dont les mères prenaient d’autres types de médication contre l’épilepsie ou pas de médication du tout.

Résultats scolaires de "l'école primaire et du collège"

On parle ici des résultats scolaires de "l'école primaire et du collège", en mathématiques notamment. L’équipe avait déjà trouvé précédemment une association entre la consommation du Valproate pendant la grossesse, et des malformations congénitales ainsi que des troubles autistiques.

Ne pas recommander l'utilisation du Valproate chez les femmes enceintes coulerait donc de source. "Cependant, certaines femmes enceintes ne peuvent pas éviter les crises d’épilepsie si elles ne prennent pas de Valproate", nuance Jakob Christensen, auteur de la recherche. "Il peut donc être nécessaire de traiter les femmes épileptiques avec le Valproate pendant la grossesse, même s'il y a des risques". En tout état de cause, les résultats de cette étude mettent en garde contre l'utilisation du Valproate chez les femmes en âge de procréer.

600 000 patients

On estime que 600 000 patients souffrent d’épilepsie en France. Près de la moitié d’entre eux sont âgés de moins de 20 ans. À l’échelle internationale, l’incidence de la maladie serait de 50 à 100 cas pour 100 000 habitants (selon le niveau de revenu et le système de soin du pays), soit 60 millions de malades.

Globalement, la durée de vie moyenne d’un patient épileptique est légèrement inférieure à celle de la population générale, principalement à cause du risque de décès accidentel au cours d’une crise (noyade, chute, accident). Quant aux morts subites spécifiques de certaines formes d’épilepsie, elles restent rares (30 000 par an dans le monde, 115 en 5 ans en France).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité