Publicité

QUESTION D'ACTU

Saumon, maquereau, lentilles, haricots...

Une alimentation riche en poisson et en légumineuses retarderait naturellement la ménopause

Selon une nouvelle étude britannique, une alimentation riche en poisson et en légumineuses permettrait de retarder la ménopause naturelle. En revanche, un apport élevé en glucides raffinés comme le riz et les pâtes peut l’accélérer.

Une alimentation riche en poisson et en légumineuses retarderait naturellement la ménopause Muratani/iStock

  • Publié 01.05.2018 à 17h00
  • |
  • Mise à jour le 01.05.2018 à 17h30
  • |
  • |
  • |


La ménopause est un moment compliqué dans la vie d’une femme. Survenant généralement autour de 50 ans, elle correspond à la période où ses ovaires arrêtent de fonctionner. Elle s’annonce souvent avec des signes plus ou moins désagréables tels que les bouffées de chaleur, le sommeil perturbé, des troubles de l’humeur ou des douleurs articulaires.

La ménopause s’accompagne aussi souvent d’une prise de poids d’entre 2 et 8 kilos et d’une perte de la densité osseuse. "C'est difficile à vivre pour une femme car il est très douloureux d'accepter que son métabolisme change", nous expliquait le médecin nutritionniste Patrick Serog en 2013.

Ce moment, inévitable, pourrait cependant être retardé naturellement grâce à l’alimentation, affirme une nouvelle étude britannique publiée ce lundi 30 avril dans la revue Journal of Epidemiology & Community Health. Selon les chercheurs de l’Université de Leeds, une alimentation riche en poisson et en légumineuses permettrait de retarder l’arrivée de la ménopause. Au contraire, des apports trop riches en glucides raffinés comme le riz et les pâtes l’accélèrerait. Cela implique donc qu’au même titre que les facteurs génétiques, comportementaux et environnementaux, le régime alimentaire jouerait un rôle dans le moment où la ménopause survient.

Une étude à large cohorte

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont fait appel à une cohorte de 35 000 femmes âgées de 35 à 69 ans et originaires d'Angleterre, d'Écosse et du Pays de Galles. Toutes ont fourni des informations sur les denrées alimentaires qu’elles consommaient chaque jour en remplissant un questionnaire. Elles ont aussi fourni des informations sur des facteurs potentiellement influents sur la ménopause comme les antécédents de poids, les niveaux d’activité physique, les antécédents de reproduction et le recours à l’hormonothérapie substitutive (THS).

Quatre ans plus tard, les chercheurs ont à nouveau sollicité les participantes. Sur les 14 000 femmes participant encore à l’étude, 914 d’entre elles étaient alors naturellement ménopausées. L’âge moyen de ménopause était de 51 ans.

Retarder jusqu’à 3 ans la ménopause

En se penchant sur le régime alimentaire des participantes, les chercheurs ont pu constater que la consommation de certains aliments accéléraient ou retardaient la ménopause naturelle.

Ainsi, chaque portion de poisson gras ou de légumineuses fraîches comme les pois ou les haricots est associée à un retard de ménopause de plus de 3 ans. Des apports plus élevés en vitamine B6 et en zinc (par mg/jour) sont aussi associés à une ménopause plus tardive. À l’inverse, chaque portion quotidienne supplémentaire de glucides raffinés, et en particulier les pâtes et le riz, est associée à une arrivée de la ménopause 1 an et demi plus tôt.

Les chercheurs se sont aperçus que les femmes végétariennes avaient tendance à être ménopausées en moyenne un an plus tôt que celles mangeant de la viande.

Des différences surviennent aussi entre les femmes ayant eu des enfants et celles qui n’en ont pas. Ainsi, chez ces dernières, le fait de manger plus de raisin et de volaille était significativement associé à une ménopause plus tardive.

Notre alimentation influence l’activité des hormones sexuelles

Pour les chercheurs, la façon dont nous mangeons joue un rôle essentiel dans l’arrivée de la ménopause naturelle. Ils expliquent ainsi que consommer beaucoup de légumineuses, riches en antioxydants, pourrait préserver plus longtemps les menstruations. Les poissons gras, riches en oméga-3, stimuleraient eux aussi la capacité antioxydante de l’organisme.

En revanche, les glucides raffinés augmentent le risque de résistance à l'insuline, ce qui peut interférer avec l'activité des hormones sexuelles et augmenter les niveaux d'œstrogènes, augmentant ainsi le nombre de cycles menstruels et épuisant plus rapidement l’approvisionnement en ovules.

Quant aux végétariennes, elles sont susceptibles de manger plus de fibres et moins de graisses animales que les omnivores, toutes deux associées à de faibles niveaux d’oestrogènes.

Des résultats à relativiser

Pour les chercheurs, ces résultats mettant en lumière le lien entre alimentation et arrivée de la ménopause pourraient avoir "un impact au niveau de la santé publique". "L’âge auquel survient la ménopause naturelle peut avoir des implications sur les futurs problèmes de santé", affirment-ils.

Ainsi, les femmes ménopausées tôt sont exposées à un risque accru d'ostéoporose et de maladies cardiaques, tandis que celles qui traversent la ménopause tardivement sont exposées à un risque accru de cancer du sein, de l'utérus et de l'ovaire.

Les résultats de cette étude observationnelle sont toutefois à relativiser car elle ne peut prouver la causalité. Par ailleurs, les chercheurs admettent que les questionnaires sur la fréquence de consommation des aliments ont fait l’objet d’un mauvais rappel. De plus, "l’échantillon de l'étude était également plus riche et conscient de la santé que la moyenne, ce qui pourrait avoir influencé les résultats".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité