Publicité

QUESTION D'ACTU

Episode dépressif majeur

Dépression : la thérapie cognitive réduit le risque de récidive

Après une dépression, la thérapie cognitive est tout aussi efficace que le traitement antidépresseur pour prévenir la récidive.

Dépression : la thérapie cognitive réduit le risque de récidive KatarzynaBialasiewicz/istock

  • Publié 07.04.2018 à 20h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Des chercheurs ont mené une étude visant à déterminer quelle est la meilleure technique de prévention de la récidive après une dépression.

Ils ont comparé l’efficacité d'un traitement antidépresseur d'entretien à une thérapie cognitive associé à des antidépresseurs, et à cette même association mais avec une diminution du traitement antidépresseur.
Leurs résultats ont été publiés dans le Lancet le 3 avril 2018.

L'épisode dépressif majeur

Selon les chercheurs, la dépression devrait se classer au deuxième rang en 2030 en termes de coûts de soins. Ceci étant en grande partie du à la nature hautement récidivante de cette maladie. Une stratégie de prévention est donc indispensable chez les patients à haut risque de rechute ou de récidive.

Après une dépression, on met généralement en place une stratégie visant à éviter tout risque de rechute ou de récidive. Cette dernière repose actuellement sur l’utilisation d’antidépresseurs sur plusieurs mois. Cependant, il semblerait que certaines personnes développent une sorte de résistance aux propriétés des antidépresseurs lors d’une durée d’exposition importante. Une alternative pourrait voir le jour à travers les thérapies cognitives préventives.

Evaluer l'impact de la thérapie cognitive

Les chercheurs ont analysé au cours d’un essai contrôlé randomisé de 24 mois le nombre, la durée et la sévérité de la récidive d'une dépression chez des personnes ayant déjà eu au moins deux épisodes dépressifs. Toutes étaient en rémission après un traitement antidépresseur instauré depuis au moins 6 mois (un ISRS dans 80% des cas). 

Les participants ont été répartis en trois groupes : le premier recevait un traitement antidépresseur, le deuxième suivait une thérapie cognitive préventive tout en diminuant le traitement antidépresseur, le troisième suivait la thérapie cognitive préventive sans réduire la dose du traitement antidépresseur. 

La pertinence de la thérapie cognitive

En pratique, le taux de récidive dans le groupe antidépresseur associés à la thérapie cognitive est significativement plus faible que dans les deux autres groupes. Par ailleurs, aucune différence significative dans le nombre ou la sévérité des récidives n’est observée entre les antidépresseurs seuls et la thérapie cognitive préventive avec diminution des antidépresseurs.

Cet essai clinique randomisé montre également que, en terme de prévention des récidives, les antidépresseurs ne sont pas supérieurs à la thérapie cognitive avec diminution du traitement antidépresseur d’entretien. Mais l’association de cette thérapie cognitive au traitement antidépresseur entraîne une diminution de 41% du risque par rapport aux antidépresseurs seuls.

Cette thérapie cognitive pourrait en pratique être mise en place chez les malades qui souhaitent arrêter le traitement antidépresseur après leur phase de rémission, ce qui éviterait les effets secondaires des traitements antidépresseurs, généralement responsables d’un manque observance.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité