Publicité

QUESTION D'ACTU

Jeux mortels

Foulard, Piment, Condom-snorting challenge, ces "jeux" dangereux pour ados parfois mortels

Le plus ultime est le  jeu du foulard, mais il suffit de regarder les vidéos qui fleurissent sur internet que ce soit pour le jeu du piment ou le dernier «Condom-snorting challenge », qui consiste à « snifer un préservatif » pour se persuader que tous ces jeux, sont dangereux et pourtant  suscitent plein d’imitateurs.

Foulard, Piment, Condom-snorting challenge, ces \ belchonock

  • Publié 07.04.2018 à 11h41
  • |
  • |
  • |
  • |


Il y a eu le jeu du foulard, puis un étrange challenge de 50 étapes dont la dernière était le suicide ; plus récemment le train-surfing, le fait de sauter d’un train à un autre et qui a couté la vie à un jeune garçon il y a quelques jours.
Presqu’un enfant par mois meurt des conséquences de jeux stupides qui ne perdent pourtant pas leur popularité : Les deux tiers les connaissent et un sur dix y a déjà joué.

Le foulard : la mort pour 30 secondes de plaisir hypothétique.  

Si l’on en croit l’excellent site de l’Association de Parents d’Enfants Accidentés par Strangulation, www.jeudufoulard.com , dans une enquête datant d’ il y a quatre ans, sur plus de 1000 enfants de 6 à 15 ans, deux sur trois connaissent ces jeux appris sur les bancs de l’école ; Un  sur quatre déclarait  avoir assisté à une de ces expériences dont le  principe  est simple et médicalement effrayant. On commence par provoquer une respiration profonde et rapide ; par exemple quelques flexions des jambes  et de grandes inspirations. Puis on bloque la respiration, en comprimant les  artères ou les veines du cou en utilisant des foulards ou des cordelettes…  Un étranglement volontaire, dans le but de provoquer un évanouissement par manque d’oxygène. Celui-ci se traduit, au niveau du cerveau, par  des sensations dont certaines sont jugées agréables : des hallucinations visuelles, une impression de planer au-dessus du sol avec le déplacement des objets environnants.  Mais très vite surviennent les signes que connaissent bien ceux qui un jour se sont évanouis : des bourdonnements, des sifflements d’oreille, des « coups de gong » au niveau des tempes, une vision floue, une lourdeur dans les jambes…précédant la perte de connaissance. Le risque vital devient alors réel avec  souvent des convulsions, comme dans une crise d’épilepsie. Si la strangulation est immédiatement arrêtée et que les secours spécialisés comme le Samu arrivent vite, l’enfant peut être sauvé en espérant que le cerveau n’ait pas irrémédiablement souffert de ce manque d’oxygène

Le "Condom Snorting Challenge"

Nouvel avatar des jeux stupides en vogue sur les réseaux sociaux, il qui consiste à snifer un préservatif par une narine pour le faire ressortir par la bouche, au risque de s'étouffer.  Si inciter les adolescents à utiliser des préservatifs est une bonne chose, c’est malheureusement sans compter sur leur imagination débordante. En effet, dans de nombreuses vidéos recensées par USA today, des jeunes se mettent en scène sur les réseaux sociaux en inhalant un préservatif par le nez pour le faire ressortir par la bouche.

Pourquoi le "Condom Snorting Challenge" est-il dangereux ?

Peu de choses peuvent être introduites dans le nez sans que cela ne soit dangereux. Par exemple, renifler du chocolat en poudre peut causer des irritations du nez, de la gorge et des poumons. Faire passer un préservatif du nez à la bouche en l’aspirant peut aussi, entre autres, causer de violentes douleurs, des allergies, des infections et constituer un sérieux risque d’étouffement. 

"Le préservatif pourrait facilement se coincer dans votre nez ou votre gorge, bloquant votre respiration", explique Bruce Y. Lee, professeur agrégé de santé internationale à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health et collaborateur de Forbes. En 2004, des médecins indiens ont signalé qu’une femme de 27 ans avait développé une pneumonie et un collapsus pulmonaire après avoir accidentellement aspiré un préservatif par le nez. En cas d’ingestion, les fragments de préservatif peuvent aussi se loger dans l’appendice et nécessiter une opération en urgence.

"Condom-Snorting Challenge" : un risque d’étouffement

L'influence des réseaux sociaux

Outre-Atlantique, le défi du "Condom Snorting Challenge" est apparu dès 2007, mais il est redevenu très tendance récemment. Des éducateurs de San Antonio tentent de sensibiliser les parents aux risques que font courir ces challenges qui fleurissent sur la toile et gagnent en quelques semaines l’ensemble du globe, des challenges potentiellement mortels pour leurs adolescents.

D'autres défis ont déjà été lancés sur Internet. Le "Ice and salt challenge" consiste à appliquer du sel et des glaçons sur la peau conduisant à des brûlures douloureuses ou la "Neknomination" qui consiste à se filmer en buvant un verre d'alcool cul sec avant de mettre trois autres personnes au défi. Le macabre "Blue whale challenge" pousse les adolescents à relever 50 défis de plus en plus violents - écrire un mot sur sa main, écouter des chansons tristes en pleine nuit, se scarifier - jusqu’au suicide. Au moins 130 jeunes russes y ont déjà laissé leur vie.

Jeu du piment

Avec le jeu du Piment, le défi est stupide et même s’il n’engage pas le pronostic vital il signe un processus de raisonnement chez l’enfant qu’il faut rechercher et surtout comprendre pour le combattre

Au départ, ce ne sont que deux adolescentes un peu hystériques et exhibitionnistes qui décident de s’attaquer au piment le plus puissant du monde. Cela peut faire sourire au début parce qu’elles surjouent la brûlure. Mais au fil des minutes, la sensation devient une menace d’étouffement allergique que la famille à quelque peine à juguler.

Des Youtubeuses s'attaquent au piment le plus fort du monde

(Traduction disponible sur You Tube)

Le simple visionnage devrait suffire à dissuader ceux qui regardent et pourraient être tentés par la même expérience. Probablement pas, si l’on en juge par les milliers de visionnage qui sont plutôt le fait de candidats à l’absurde.

Heureusement que pour le piment, le résultat le plus grave n’est que des brûlures de la peau et des yeux. Mais suffisamment sérieux pour que la cellule communication de la gendarmerie, à juste titre, s’en empare.

Le problème avec la flambée de ce type de jeu, c’est qu’il trouve chez les enfants un terreau fertile.

De tout temps, les adolescents ont aimé expérimenter leurs propres limites, mais on assiste aujourd’hui à un rajeunissement des conduites adolescentes, qui arrivent désormais dans les cours des écoles primaires et maternelles… Et parfois, les jeux sont dramatiques. On a d’abord commencé par le jeu du foulard. Les décès ont concerné des garçons et des filles, de 4 à 20 ans, de tout niveau social. Ces « jeux », comme leurs noms l’indiquent, sont au départ considérés comme un amusement susceptible de procurer des « sensations fortes », surtout pas une sorte de provocation ou d’appel au secours ; il s’agit rarement d’une volonté de transgression et exceptionnellement d’un comportement violent ou suicidaire

Le goût des limites

De tout temps les adolescents ont aimé expérimenter leurs propres limites, mais on assiste aujourd’hui à un rajeunissement des conduites adolescentes qui arrivent désormais dans les cours des écoles primaires et maternelles… Les décès ont concerné des garçons et des filles, de 4 à 20 ans, de tout niveau social. Ces « Jeux », comme leurs noms l’indiquent, sont au départ considérés comme un amusement susceptible de procurer des « sensations fortes »,  surtout pas une sorte de provocation ou d’appel au secours ;  Il s’agit rarement d’une volonté de transgression et exceptionnellement d’un comportement violent ou suicidaire.

82% en ont entendus parler avant la 6ème ; 10% passent à l’acte, que ce soit sous la pression d’un groupe, d’une lecture ; ce peut être aussi un film, un site web incitatif, ou  une vidéo transmise par un téléphone portable…  Malheureusement parfois seul, le plus souvent le même scénario : après avoir testé le « Jeu » à plusieurs, souvent dans les cours de récréation, l’enfant est tenté de renouveler l’expérience seul. Le risque mortel est alors beaucoup plus important parce que il n’y a personne pour donner l’alerte.

Quelques signes à rechercher

Difficile pour des parents de soupçonner cette pratique ; Si l’enfant s’est   livré à plusieurs expériences avant l’accident, on peut retrouver des marques, des traces brunes, des excoriations autour du cou ;  C’est la seule prévention possible. Il y a des signes plus généraux qui peuvent malheureusement avoir d’autres origines mais qui sont la conséquence du jeu : des hémorragies des yeux ; Une baisse de l’acuité visuelle, des douleurs, des sifflements et bourdonnements d’oreille ; De violents maux de tête, des vertiges ou malaises inexpliqués.

En cas de doute, c’est aux parents d’ouvrir le dialogue, car les médecins n’y pensent pas toujours devant ces signes.   L’APEAS, qui organise des opérations de sensibilisation, propose un site parfaitement adapté au dialogue car   la prévention passe avant tout par une information adaptée. Apeas, comme Accompagner – Prévenir – Éduquer – Agir – Sauver, les buts de cette association.

 

The 'condom snorting challenge' is every parent's worst nightmare https://t.co/osb0zjNtbz via @usatoday
Looks like #TidePods are out. #attentionseeker #condomsnortingchallenge #Narcissist

— BreakingNewsWithAnnMarie (@AnnAleeyMarie) April 4, 2018

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité