Publicité

QUESTION D'ACTU

Curieuse momie

Le squelette extraterrestre d’Atacama? Une petite fille au corps déformé par une maladie génétique...

Découvert il y a quinze ans au Chili, derrière une église dans le désert d'Atacama, abandonné dans une pochette en cuir, ce squelette minuscule ressemblait étrangement à un extraterrestre. Mais les chercheurs ont révélé hier qu’il s’agissait en réalité d’une petite fille, avec des mutations génétiques rares. 

Le squelette  extraterrestre d’Atacama? Une petite fille au corps déformé par une maladie génétique... AFP Photo

  • Publié 23.03.2018 à 15h26
  • |
  • Mise à jour le 24.03.2018 à 12h05
  • |
  • |
  • |


Un squelette minuscule au crâne allongé. Voici la découverte faite il y a quinze ans, derrière une église située dans le désert d’Atacama, au Chili. Très vite, certains pensent à un extraterrestre. Car il est vrai que ce squelette ne ressemble franchement pas à un humain. Cette piste a évidemment été écartée il y a bien longtemps. 

Mais après cinq années d’analyse génétique, les chercheurs ont découvert qu’il s’agissait d’une petite fille aux mutations génétiques rares. Les résultats de l’étude sont publiés dans la revue Genome Research

Nanisme, malformation et vieillissement prématuré 

Surnommé « Ata », le squelette momifié, qui mesure seulement quinze centimètres, serait celui d’un enfant, sans doute mort-né ou décédé après sa naissance selon les résultats de l’étude.

De plus, il présente d’autres malformations. D’abord, dix paires de côtes alors que les humains en ont douze. Mais aussi, vieillissement prématuré des os. 

Une fille originaire de l’île chilienne de Chiloé

Les chercheurs sont parvenus à déterminer le sexe du squelette. Ils ont séquencé le génome d’Ata: c’est une fille. Ils ont aussi comparé le génome avec d’autres génomes, issus de cinq « super-population »: Africains, Américains, Est-Asiatiques, Sud-Asiatiques et Européens. L’équipe de chercheurs a pu déterminer qu’Ata était bien originaire d’Amérique du Sud et du Chili. Plus précisément de l’île de Chiloé. 

De futures études génétiques pourraient permettre de connaître les causes de ces mutations génétiques multiples. Aussi, cela pourrait mener, un jour, à l’élaboration de traitements pour les personnes ayant des problèmes osseux. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité