Publicité

QUESTION D'ACTU

Fake news, vantardise…

Les psychiatres dans la tête de Donald Trump : impératif moral ou violation éthique ?

Chaque parole de l’actuel président des Etats-Unis fait réagir, y compris les psychiatres. Au-delà des désaccords de fond, sa personnalité est souvent au cœur des débats. La folie se serait-elle emparée du dirigeant de la première puissance mondiale ?

Les psychiatres dans la tête de Donald Trump : impératif moral ou violation éthique ? actionsports/epictura

  • Publié 29.12.2017 à 11h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Ralph Northam, un neurologue récemment élu gouverneur de Virginie, s'est distingué durant l’élection en qualifiant le président Donald Trump de « maniaque narcissique ». Pour plusieurs psychiatres, cette expression méritait d’être creusée car médicalement incorrecte et éthiquement illégitime de la part d’un médecin.
Le psychiatre Bandy Lee a publié une collection d'essais écrits en grande partie par des psychiatres et des professionnels de la santé mentale qui s’intéressent au leader américain. Mais ce travail fait débat et un article du New England Journal of Medicine en fait état.
Pour comprendre pourquoi les psychiatres demeurent divisés, il faut connaitre la règle de Goldwater : « il est contraire à l’éthique de se prononcer sur des personnalités que les psychiatres n’ont pas physiquement examinées et dont ils n’ont pas le consentement pour évoquer une expertise en public ».

Certains psychiatres défient la règle

La règle de Goldwater vise à clarifier un principe d'éthique médical. En mars 2017, peu après l'investiture présidentielle de Donald Trump, L’Association Américaine de Psychiatrie a même élargi la contrainte : « Toute opinion sur l'affect, le comportement, le discours ou toute autre présentation d'un individu qui s'appuie sur les compétences, la formation, l'expertise et les connaissances inhérent à la pratique de la psychiatrie sont à proscrire ».
Malgré cette règle édictée par leur propre société savante, certains psychiatres continuent d’exprimer des préoccupations au sujet des remarques et des comportements publics de Trump. Bandy Lee et ses collègues se considèrent clairement légitimes en tant que professionnels de la santé mentale. Avec cet état d’esprit, ils ont publié « The Dangerous Case of Donald Trump » dans lequel ils évaluent la santé mentale du président américain uniquement à partir de ses discours et de son comportement public.

Leur conclusion est sans appel : Donald Trump constitue un grave danger pour le pays comme, pour le monde. Ils affirment même que la santé mentale du président affecte la santé mentale du peuple américain. Sous ce prisme, la règle de Goldwater se trouve bafouée.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité