Publicité

QUESTION D'ACTU

Génétique

Une mutation explique pourquoi les Amish vivent plus vieux

Une mutation génétique dans la population des Amishs de l’Indiana protège contre le vieillissement et augmente la durée de la vie. C’est la première fois qu’une telle mutation est observée.

Une mutation explique pourquoi les Amish vivent plus vieux Shinya Suzuki/Flickr

  • Publié 19.11.2017 à 15h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Auraient-ils une fontaine de jouvence génétique ? La première mutation qui semble protéger contre de multiples aspects du vieillissement biologique chez les humains a été découverte dans une famille élargie d'Amishs vivant dans les environs de Berne, en Indiana.

Les Amishs sont une communauté religieuse qui vit hors du monde moderne. La première de leur règle est : « Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure ». Une minorité d’entre eux l’applique au pied de la lettre et s'interdit les mariages mixtes, de sorte que la mutation se concentre dans cette population. Résultat : 13 % de ceux qui portent cette mutation atteignent les 85 ans. Quant à ceux qui ne l’ont pas, ils ne dépassent généralement pas les 75 ans. 

Un médicament à l'étude

Actuellement, un médicament de longévité développé à partir de cette recherche est testé chez l'homme. Une pilule expérimentale appelée sobrement « longévité » recrée l'effet de la mutation. L’objectif est de voir s’il peut ralentir certains processus de vieillissement du corps, comme la calvitie.

Les chercheurs sont motivés par le fait que l’état de santé général des porteurs du gêne est meilleur. Par exemple, les Amishs concernés par cette mutation ont également significativement moins de diabète et des niveaux d'insuline à jeun inférieurs. Un métabolisme qui implique un âge vasculaire lui aussi inférieur.

Ils ont de très faibles niveaux de PAI-1, une protéine liée au vieillissement ou à la sénescence des cellules. On savait auparavant que le PAI-1 était lié au vieillissement chez les animaux, mais chez l’homme, le mystère subsistait. 

Meilleure espérance de vie en bonne santé

« Les résultats nous ont étonnés en raison de la cohérence des bienfaits anti-âge de cette mutation dans plusieurs systèmes corporels », a déclaré le Dr Douglas Vaughan, cardiologue et auteur principal de l’étude. Il vante le métabolisme de ces Amishs, et pas que pour leur espérance de vie : « Ces personnes étaient généralement protégées contre les changements liés à l'âge », explique Dr Vaughan. « Cela leur permet non seulement de vivre plus longtemps, mais aussi de vivre plus longtemps en bonne santé. C'est une forme souhaitable de longévité. »

De quoi s’activer pour tester le médicament issu de cette découverte. C’est pourquoi les tests cognitifs feront partie des futures mesures pour l'étude. En effet, les données expérimentales chez les souris montrent que des niveaux inférieurs de PAI-1 peuvent protéger contre la maladie d’Alzheimer.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité