Publicité

QUESTION D'ACTU

Risque épidémique

Alpes-Maritimes : un cas de méningite mortel

Un homme de 28 ans est décédé au centre hospitalier de Grasse. Il était infecté par une souche de méningocoque de type C.

Alpes-Maritimes : un cas de méningite mortel Hôpital de Grasse

  • Publié 20.09.2017 à 17h58
  • |
  • |
  • |
  • |


Une quarantaine d’habitants d’un hameau près de Grasse (Alpes-Maritimes) ont été pris en charge ce mercredi par l’Agence régionale de santé (ARS) PACA. Ils ont reçu un traitement préventif en urgence, après le décès d’une méningite de l’un de leurs voisins dans la nuit de mardi à mercredi.

« La personne, un homme de 28 ans, est décédée au centre hospitalier de Grasse, précise l’ARS. La souche est un méningocoque de type C et pour protéger ses proches, ceux-ci ont reçu un traitement prophylactique par antibiotiques. Il y a aussi de la vaccination ».

Le risque épidémique est faible, compte-tenu de la nature peu contagieuse de la souche C.

Des cas surveillés de près

Des étudiants parisiens, mais aussi des enfants en Bretagne ou en Charentes-Maritimes ont été touchés par le méningocoque. À chaque fois, les autorités sanitaires font leur possible pour juguler le risque.

En janvier dernier, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté avait en effet lancé une vaste campagne d’information de vaccination, après le décès fin 2016 de deux étudiants de l’université de Bourgogne. Un troisième cas, pris en charge à temps, avait été confirmé. La même souche bactérienne était concernée.

Près de 30 000 étudiants et membres du personnel de l’université avaient alors été invités à se faire vacciner, et plus de 13 000 avaient répondu à l’appel, tout au long du mois de janvier. Le dispositif de vaccination avait été maintenu jusqu’à la fin du mois de mars.

Une maladie mortelle

Le méningocoque est un germe très fragile qui ne survit pas dans l'environnement, mais se transmet par la salive. La méningite est causée par l’infection et l’inflammation des méninges – membrane qui enveloppe le cerveau. Elle peut survenir à tout âge, mais touche plus particulièrement les enfants et les adolescents.

Chez l’adulte et le grand enfant, une méningite se traduit le plus souvent par une association de signes que l’on appelle « syndrome méningé ». Celui-ci associe typiquement de violents maux de tête, une raideur de la nuque, une forte fièvre, une intolérance à la lumière et des nausées ou des vomissements. En cas de doute, il faut consulter rapidement.

Les infections invasives à méningocoques sont relativement rares en France. En 2015, 469 cas ont tout de même été notifiés, et 53 décès ont été recensés, selon l'Institut national de veille sanitaire (InVS).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité