Publicité

QUESTION D'ACTU

Réalisée par une équipe française

AVC : une petite chirurgie sur le cœur réduit les risques de récidive

Les risques d’accident vasculaire cérébral sont plus importants chez les patients qui ont une malformation cardiaque fréquente : un foramen ovale perméable.

AVC : une petite chirurgie sur le cœur réduit les risques de récidive tonodiaz/epictura

  • Publié 14.09.2017 à 18h31
  • |
  • |
  • |
  • |


Chaque année, 140 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont recensés en France. C’est la première cause de handicap physique acquis de l’adulte. Ils sont dus à l’occlusion d’un vaisseau sanguin dans le cerveau, causée par un caillot. La plupart du temps, le caillot s’est formé en raison d’une maladie cardiaque ou artérielle.
Mais dans 30 à 40 % des cas, aucune de ces maladies sous-jacentes ne peut être mise en cause. En revanche, une anomalie cardiaque très commune, le foramen ovale perméable, pourrait être associée à une partie de ces cas non expliqués.

Une équipe française, dirigée par le Pr Jean-Louis Mas, chef du service de neurologie de l’hôpital Sainte-Anne (AP-HP), a montré qu’une opération chirurgicale pour corriger cette anomalie permettait de réduire significativement le risque de récidive d’AVC.

Une anomalie très courante

Le foramen ovale est un trou qui relie les deux oreillettes du cœur. Ouvert pendant la gestation, il se referme en principe après la naissance. Lorsqu’il ne se referme pas complètement, on parle de foramen ovale perméable. Cette anomalie concernerait entre 10 et 35 % des jeunes adultes.

Les travaux menés depuis plusieurs décennies tendant à montrer que cette anomalie favorisait la survenue d’AVC, et la récidive, le Pr Mas et son équipe de l’Inserm, de l’université Paris Descartes et de l’AP-HP ont mené un grand essai clinique, sur 10 ans. Ils en publient les résultats dans la revue New England Journal of Medicine.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Aucune récidive

Entre 2007 et 2016, ils ont suivi 663 patients âgés de 16 à 60 ans, et qui avaient déjà subi un AVC attribué au foramen ovale perméable. Une partie d’entre eux a pris les traitements habituels (antiplaquettaires, anticoagulants), et d’autres ont subi une intervention chirurgicale destinée à refermer le foramen ovale.

Les résultats ont clairement montré que l’intervention limitait de manière significative les récidives : aucune n’est survenue parmi les patients opérés, alors que dans les groupes témoins, elles pouvaient atteindre jusqu’à 6 % des patients. Et les complications sont restées très limitées. La chirurgie est endovasculaire, elle ne nécessite pas d'ouvrir la cage thoracique.

Le groupe de neurologues est donc parvenu à montrer que l’intervention est utile, mais pas seulement. Ils ont aussi validé la théorie selon laquelle un foramen ovale perméable pouvait favoriser la survenue d’AVC. L’opération pourrait représenter une réponse thérapeutique intéressante.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité