Publicité

QUESTION D'ACTU

Étude scientifique

Endométriose : l’allaitement diminue le risque

Pour chaque trimestre passé à allaiter, les femmes voient leur risque réduit de 8 %. En partie grâce à l’interruption des règles que l’allaitement prolonge.

Endométriose : l’allaitement diminue le risque alexraths/Epictura

  • Publié 04.09.2017 à 07h29
  • |
  • |
  • |
  • |


Entre 10 et 15 % des femmes souffriraient d’endométriose. L’affection provoque de vives douleurs du ventre et du bas-ventre au moment des règles. L’origine étant mal connue, les différents traitements proposés permettent rarement une guérison définitive, et il est difficile de la prévenir.

Mais une équipe de l’université d’Harvard a trouvé un élément qui semble faire baisser fortement le risque de développer une endométriose. Ils se sont aperçus que l’allaitement prévenait de manière significative son apparition.

L’allaitement exclusif est plus efficace

C’est en utilisant les données d’une grande cohorte prospective inaugurée en 1989, la Nurses’ Health Study II, que les chercheurs américains ont obtenu ce résultat intéressant, qu’ils publient dans la revue BMJ.

Celle-ci regroupe plus de 72 000 femmes qui ont mené une grossesse. Parmi elles, près de 3 300 ont également eu un diagnostic confirmé (après une chirurgie) d’endométriose. Le suivi de ces femmes incluait, entre autres, des données sur l’allaitement des enfants après l’accouchement, ou sur la durée d’aménorrhée (interruption des règles) après la grossesse.

En reliant ces données aux cas d’endométriose, les scientifiques ont observé que pour chaque trimestre d’allaitement dans la vie d’une femme, les risques de développer une endométriose diminuaient en moyenne de 8 %. Et les mois d’allaitement exclusif sont plus rentables : la réduction du risque passe de 8 à 14 %.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Jusqu’à 40 % de risques en moins

En prenant les cas extrêmes des femmes qui n’ont jamais allaité et de celles ayant donné le sein plus de trois ans dans leur vie – que la durée compte pour un seul ou pour plusieurs enfants –, le risque est même réduit de 40 % ! L’association est donc claire, et particulièrement forte.

« Au regard de la nature chronique de l’endométriose et du peu de facteurs de risques connus sur lesquels nous pouvons agir, l’allaitement pourrait être un levier important pour réduire le risque chez les femmes, après leur grossesse », estime Leslie Farland, épidémiologiste et chercheur en gynécologie au Brigham and women’s hospital de l’université d’Harvard, et auteur principal de l’étude.

Un lien potentiel avec l’aménorrhée

Les chercheurs n’expliquent pas totalement l’association entre allaitement et réduction du risque, mais évoquent tout de même à une hypothèse. Leurs observations montrent qu’une partie du bénéfice pourrait être dû à l’aménorrhée qui suit la fin d’une grossesse, en raison des changements hormonaux. Celle-ci est en effet souvent prolongée par l’allaitement, surtout lorsqu’il est exclusif. Mais elle n’explique pas tout.

Les chercheurs appuient donc la tendance actuelle qui promeut les bienfaits de l’allaitement sur la santé du bébé, mais aussi sur celle de la mère. Ils souhaitent désormais voir si, en plus de diminuer les risques de développer une endométriose, l’allaitement peut aussi en réduire les symptômes chez les femmes qui en souffrent déjà.

 

Endométriose : des règles délocalisées

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus. Au cours du cycle menstruel, et sous l’action des hormones, ce tissu se développe pour permettre l’accueil d’un éventuel embryon, puis est détruit et éliminé si aucune grossesse n’est enclenchée. Le tissu fortement vascularisé, lorsqu’il est évacué, constitue alors la perte de « sang » observée pendant les règles.

Chez les femmes victimes d’endométriose, des cellules de l’endomètre se retrouvent ailleurs que dans l’utérus. Elles peuvent être situées sur les ovaires, mais aussi sur d’autres organes de l’abdomen, sans que la science puisse encore bien l’expliquer.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer le phénomène. La principale théorie repose sur le reflux de sang pendant les règles. Lors des règles, il arrive que le sang reflue vers les trompes et atteigne la cavité abdominale charriant au passage des cellules de l’endomètre. Mais si cette explication n’est pas pleinement satisfaisante, c’est que 90 % des femmes auraient ce genre de saignements rétrogrades, alors qu’elles seraient 5 à 10 fois moins nombreuses à souffrir d’endométriose. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité