Publicité

QUESTION D'ACTU

Antibiorésistance

Hygiène des mains : un geste trop négligé par les soignants

Pour sa 9e édition de la Journée mondiale de l'hygiène des mains, l'OMS veut sensibiliser la population pour stopper la propagation des bactéries résistantes. 

Hygiène des mains : un geste trop négligé par les soignants nata-lunataD/epictura

  • Publié 05.05.2017 à 09h27
  • |
  • |
  • |
  • |


« Luttez contre la résistance aux antibiotiques, c’est entre vos mains ». Avec ce slogan diffusé à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène des mains, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) espère mobiliser la population mondiale, et en particulier les soignants, autour de ce geste.

« L'hygiène des mains concerne tous les professionnels de santé, les patients et leurs familles, quels que soient les soins délivrés, les lieux et les circonstances dans lesquels ils sont délivrés. Elle contribue à une couverture sanitaire universelle de qualité », rappelle l’OMS.

Mieux que cela, le lavage des mains peut sauver des vies. Depuis le lancement de ces campagnes de sensibilisation en 2009, l’OMS estime que des millions de décès imputables aux infections nosocomiales ont été prévenues.
Au début des années 2000, le Pr Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l’infection des Hôpitaux universitaires de Genève (Suisse), a montré que ces infections liées aux soins sont passées de 16,9 % à 9,9 % en seulement 4 ans dans son hôpital. Une diminution importante obtenue notamment grâce à l’élimination de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline.


Des soignants peu soigneux

Mais de tels progrès ne peuvent être réalisés que si les soignants se plient à l’exercice du lavage des mains systématique. Or, 70 % des professionnels de santé et 50 % des équipes chirurgicales dans le monde ne passent pas par cette étape indispensable, déplore l’OMS.
En France, des enquêtes ont montré qu’un infirmier sur cinq ne se désinfecte pas les mains avant de poser un cathéter à un malade, et un sur dix ne porterait pas de gants. Il est pourtant établi que ce geste médical est source de nombreuses infections nosocomiales dans les établissements hospitaliers.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Une question de bon sens

C’est justement l’un des sujets au cœur du nouveau thriller Résistants de Thierry Crouzet (Ed. Bragelonne). Son personnage principal, une jeune étudiante en médecine, a la fâcheuse manie de se vernir les ongles. Et pour ne pas détruire ses œuvres d’art, elle refuse d’utiliser les solutions hydro-alcooliques. « C’est à cause de négligence comme la vôtre que des bactéries réussissent à se balader aux quatre coins du monde, lui lance l’une des plus grandes spécialistes de la résistance aux antibiotiques. Après être allé aux toilettes, un malade ne se lave pas les mains, il touche une poignée de porte, un médecin ouvre la porte et s’infecte, puis il serra la main d’un collègue d’un autre établissement et la contamination voyage », décrit-elle.

Un voyage infernal responsable de centaines de millions d’infections nosocomiales chaque année dans le monde. Rien qu’en Europe, l’OMS en recense 25 millions par an. De (trop) nombreux malades ont alors besoin d’antibiotiques. Mais à chaque prescription, les bactéries s’arment contre nos médicaments et résistent de plus en plus efficacement. « Nous devons leur faire obstacle en commençant par être irréprochables côté hygiène, reprend la professeure en infectiologie. La meilleure façon de réduire la résistance aux antibiotiques, c’est d’éviter les infections et donc les traitements antibiotiques ». 

Du bon sens qu’espère bien faire infuser une fois encore l’OMS dans les établissements hospitaliers.

Comment bien se laver les mains.

Bien se nettoyer les mains, cela s’apprend. Et quelque soit la manière, gel hydro-alcoolique ou savon classique, cela nécessite du temps.

L’Organisation mondiale de la santé recommande de se laver les mains à l’eau et au savon lorsqu’elles sont « visiblement souillées ». Après avoir frictionné vos paumes l’une contre l’autre, insistez sur les espaces entre les doigts et les ongles, puis rincez abondamment. Pour être correctement effectué, le lavage des mains doit durer entre une et deux minutes.

Les gestes seront les mêmes pour les solutions hydro-alcooliques. Mais grâce à ses propriétés antimicrobiennes, le lavage peut durer entre 30 secondes et une minute.

 

En 2001, le Comité Technique National des Infections Nosocomiales a rappelé que la friction avec ces solutions devait remplacer le lavage des mains pour tous les soignants. Ces derniers doivent le réaliser avant et après avoir touché un patient, immédiatement avant de lui prodiguer un soin, après avoir été en contact avec un liquide biologique et après avoir été en contact avec l’environnement du patient. Ces 5 indications sont prescrites par l’OMS.

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité