Publicité

QUESTION D'ACTU

Alain-Michel Ceretti

Antibiorésistance : "Les patients n'ont pas assez peur"

ENTRETIEN - A l'occasion de la 2ème Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, un groupe d'experts réclame le déploiement de tests de diagnostic rapide. 

Antibiorésistance : \ petrkurgan/epictura

  • Publié 16.11.2016 à 12h55
  • |
  • |
  • |
  • |


Trop prescrits en ville comme à l’hôpital, certains antibiotiques sont aujourd’hui inefficaces du fait de l’apparition des bactéries résistantes. Une émergence aux conséquences désastreuses, rappelle les autorités sanitaires du monde entier à l’occasion de la 2ème Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques.

Dans notre pays, plus de 150 000 patients sont infectés par une bactérie multirésistante, et plus de 12 500 en meurent. Or, en l’absence de nouvelles molécules efficaces, garantir l’efficacité des antibiotiques déjà existants, en particulier ceux de derniers recours, est indispensable. Pour préserver ces médicaments, et peut-être faire régresser l’antibiorésistance, un groupe d’experts médicaux publie un livre blanc et interpelle les pouvoirs publics sur l’importance des dispositifs de diagnostic et de dépistage rapide. Alain-Michel Ceretti, président d’honneur et fondateur de l’association le LIEN, réclame également des campagnes de sensibilisation choc pour alerter le grand public des dangers, déjà perceptibles, de ce phénomène.


Pourquoi ce livre blanc ?
Alain-Michel Ceretti :
 Ce livre blanc est un plaidoyer de médecins pour l’utilisation et le déploiement plus important des solutions de diagnostic rapides dans les établissements hospitaliers. Ces tests permettent en 2 heures de dépister les patients porteurs sains de bactéries multirésistantes contre 24 ou 48 heures avec les tests effectués en laboratoire. Un délai qui permet d’isoler rapidement les patients pour qu’ils n’infectent pas les autres mais également qu’ils soient traités.

Nous ne demandons pas l’introduction de ces tests pour tous les patients qui entrent à l’hôpital. Il s’agit de cibler les populations ainsi que les services à risques comme la chirurgie. Ces systèmes existent depuis plusieurs années et se sont améliorés tout en devenant moins chers. Pourtant, la Sécurité sociale ne les prend toujours pas en compte. Mais incontestablement la sécurité des patients passe par l’utilisation de ces tests. Et il est très important pour les malades de savoir lorsqu’ils sont admis à l’hôpital qu’ils ne sont pas dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. Aujourd’hui, nous devons utiliser les antibiotiques à bon escient et éviter de les utiliser à l’aveugle.

 

Ecoutez...
Alain-Michel Ceretti, président d’honneur et fondateur de l’association le LIEN: « Toutes les infections évitées et les traitements évités sont des économies de souffrance pour les patients et financière pour la Sécurité sociale... »

 

Plus de 90 % de la consommation d’antibiotiques se fait en ville. Ce recours important est-il lié au consumérisme des patients ?
Alain-Michel Ceretti :
 Il est vrai que les médecins de ville sont sensibles à la demande des patients, parfois trop sensibles. Face au refus de leur médecin, certains patients vont consulter d’autres médecins jusqu’au moment où un craquera. On ne peut pas en tant que patient avoir un regard consommateur. La relation de soins doit se faire dans un cadre où le malade comprend pourquoi certains soins lui sont prodigués et que d’autres ne lui sont pas faits. Ne pas prescrire d’antibiotiques n’est pas une mauvaise pratique. Un mauvais médecin est celui qui donne ces médicaments simplement par confort vis à vis du patients.

D’un autre côté, depuis les années 1960, les médecins ont habitué des générations de malades à consommer des antibiotiques, même lorsqu’ils étaient inutiles. Ces mauvaises habitudes ont favorisé l’usage massif de ces médicaments et ont créé l’antibiorésistance. Un phénomène qui continue.

 

Ecoutez...
Alain-Michel Ceretti : « La particularité française est d’abord lié à une mauvaise façon de faire les choses du côté médical... »

 

Comment modifier le comportement des patients et des médecins ?
Alain-Michel Ceretti :
 Il y a une dizaine d’années avec la campagne « les antibiotiques, c’est pas automatique », nous avons vu une baisse importante de la consommation de ces médicaments de l’ordre 25 %. Mais après nous avons baissé la garde et l’usage est revenu à son niveau. Je crois que les gens n’ont pas suffisamment peur alors que la situation au niveau mondial est dramatique. Et les médecins n’ont pas envie de faire peur à leurs patients. Nous devons réaliser des campagnes de sensibilisation sur le même modèle que celles contre les accidents de la route. Les campagnes dures sont celles qui marquent et qui fonctionnent. Il faut que nous arrivions à faire la même chose avec les antibiotiques pour que les gens comprennent qu’ils sont en danger. Si on ne fait rien dans une génération, la résistance aux antibiotiques pourrait faire plus de morts que le cancer.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité