Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans Tobacco Control

Tabac : James Bond montre le mauvais exemple

En matière de cigarette, James Bond se montre plutôt léger. Dès ses débuts, l'espion britannique use et abuse du tabac. Un bien piètre exemple pour ses spectateurs.

Tabac : James Bond montre le mauvais exemple REX FEATURES/SIPA

  • Publié 17.01.2017 à 19h16
  • |
  • Mise à jour le 17.01.2017 à 19h21
  • |
  • |
  • |


Il boit, il fume, il s’expose aux balles et aux explosions… James Bond n’est pas un espion discret. En fait, l’agent britannique a un mode de vie pour le moins actif et risqué. La cigarette ne fait pas exception, comme le montre un article paru dans Tobacco Control. Deux spécialistes de la santé publique à l’université d’Otago (Nouvelle-Zélande) pointent les mauvaises habitudes de l’agent 007.

« Ce n’est pas la nicotine qui vous tuera, M. Bond », lance Blofeld dans On ne vit que deux fois (1967). Pas si sûr. Car vis-à-vis de la cigarette, les créateurs de l’agent secret britannique ont fait preuve de légèreté, y compris à l’écran. Et ce dès le début de sa carrière. Dans le premier volet de la saga, James Bond 007 contre Dr No, le tabac est omniprésent. Cela ne s’arrange guère par la suite.

Une prévention bien pauvre

83 % des films diffusés au cours des années 1960 montrent des personnages en train de fumer… l’agent au service secret de Sa Majesté en tête. En moyenne, il allume sa première cigarette 20 minutes après la fin du générique d’introduction.

En matière de mauvais exemple cinématographique, Bond met le paquet. Deux fabricants de tabac ont réussi à placer leurs produits dans Moonraker et Permis de tuer. Leur arme, les gadgets qui ont rendu l’espion célèbre. Ceux-ci sont d’ailleurs régulièrement mis à profit : nombre de cigarettes sont détournées afin de servir d’arme à 007. A ce titre, la décennie 1970 détient le record puisque 80 % des films sont concernés.

Côté prévention, certains films ont bien tenté d’évoquer les risques du tabac. Et ce dès 1967. Mais ces messages s’apparentent plus à de savantes plaisanteries, destinées à détendre l’auditoire et faire comprendre à 007 qu’il risque de mourir. « Vous devriez arrêter le tabac, les cigarettes sont très mauvaises pour vos poumons », grince ainsi Blofeld.

Un fumeur passif

Qu’à cela ne tienne, James Bond est aujourd’hui un fumeur repenti. Il écrase sa dernière cigarette dans Meurs un autre jour, en 2002, pour ne jamais reprendre. Sevré, oui, mais mal accompagné. Jusque dans le lit de ses partenaires féminines, il est victime de tabagisme passif. Celles-ci ont toutefois la bonne idée de s’en griller une plus rarement… Elles ont également le bon goût de mourir rapidement, soulignent avec ironie les auteurs de cet article.

Cette faible espérance de vie est peut-être ce qui pousse l’espion britannique à se montrer si désinvolte. « Le tabagisme de Bond semble peu compatible avec la forme physique nécessaire à son emploi, son éducation et ses connaissances variées », reprochent les chercheurs. Mais son exposition régulière aux balles et aux explosifs pourrait expliquer son habitude d’enchaîner cigarettes et martinis.

Le très acclamé Casino Royale reste le modèle absolu. Ni l’espion ni les James Bond Girls ne se grillent une cigarette. Ce produit est tout simplement absent du film. A défaut d’atteindre ce niveau d’exigence, Spectre fait l’effort de ne tenter ni Bond, ni ses partenaires. Leurs adversaires, en revanche, s’en donnent à cœur joie. Mais ce sont les méchants !

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité