Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans le BMJ

James Bond risque la cirrhose

Avec sa consommation excessive d'alcool, 92 unités par semaine, le plus célèbre agent de Sa Majesté s'expose à des maladies graves et gênantes. Il risque, entre autre, l'impuissance !

James Bond risque la cirrhose SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 14.12.2013 à 09h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Le mythe en prend un sérieux coup ! James Bond présente un « risque considérable de développer une maladie du foie, une cirrhose, de devenir impuissant ou d’avoir d’autres problèmes de santé liés à l’alcool, ou encore de se blesser sérieusement et de mourir en raison de son alcoolisme ».
Selon des médecins anglais qui publient une étude dans le Brtish Medical Journal, le célèbre espion britannique de Ian Fleming, est un alcoolique invétéré ! En effet, avec 92 unités d'alcool en moyenne par semaine, l'agent 007  a un vrai problème avec l'alcool. Une consultation chez un médecin alcoologue serait même nécessaire, indiquent ces spécialistes.


Pour parvenir à ce diagnostic, les trois médecins britanniques ont passé au crible 12 romans dans lesquels Ian Fleming raconte les aventures de l'agent secret britannique, pour tenir un compte précis de sa consommation d'alcool. Résultat, l'agent secret boit essentiellement quand il est en mission pour le compte de sa « gracieuse Majesté ». 

Ian Fleming aurait même, selon ces auteurs, insérer dans son roman des messages subliminaux faisant référence à l'alcoolisme de son héros. Par exemple, les cocktails Martini-Vodka doivent être mélangés à la cuillère et non pas passés au shaker pour être secoués, comme le réclame à chaque fois 007. « Cette gestuelle du barman est sûrement une référence aux tremblements de mains induits par l'alcool », indiquent ces chercheurs (voir la vidéo ci-dessous). 
Car avec ce niveau de consommation très élevé, James Bond prend à n'en pas douter de nombreux risques pour sa santé. Il dépasse, en effet, les normes établies par les autorités sanitaires ! 

Une consommation quatre fois plus élevée que le dose maximale établie.

Conclusion des auteurs :« Nous reconnaissons que la fréquentation de terroristes internationaux (...) peut conduire à la boisson, mais nous conseillerions à M. Bond de consulter un spécialiste (...) et de réduire sa consommation à des niveaux moins dangereux. »



Source : YouTube

 


Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité