Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude pilote sur 20 radiologues

Sommeil : le coeur trinque dès la première nuit blanche

Dès la première nuit écourtée, la privation de sommeil a des effets sur le coeur. La pression artérielle grimpe, tout comme le rythme cardiaque.

Sommeil : le coeur trinque dès la première nuit blanche focuspocusltd/epictura

  • Publié 05.12.2016 à 11h44
  • |
  • |
  • |
  • |


Les nuits blanches sont fréquentes chez les travailleurs français. Entre les professionnels de santé qui enchaînent les gardes et ceux qui font les « trois-huit », nombreux sont les actifs qui voient leur sommeil écourté. Les effets d’une dette chronique sont bien connus. Mais dès la première privation, des effets apparaissent sur le système cardiovasculaire. C’est ce qu’a montré une étude pilote présentée au Congrès annuel de la société de radiologie d’Amérique du Nord, qui se tenait du 27 novembre au 2 décembre à Chicago (Etats-Unis).

Les recherches se sont déroulées au sein de l’université de Bonn (Allemagne). Les auteurs des travaux ont recruté 20 de leurs collègues radiologues en bonne santé. Au cours du suivi, ils ont chacun réalisé une garde de 24 heures, durant laquelle ils ont dormi 3 heures en moyenne. Tous ces volontaires ont passé une IRM cardiovasculaire avant et après la période d’astreinte. Cet outil permet de mesurer la souffrance cardiaque et son évolution. Des échantillons de sang et d’urine ont aussi été récupérés.

Cœur et thyroïde souffrent

Les nuits blanches ont un impact sur le cœur, concluent les auteurs. La contractilité du myocarde augmente de manière significative après la garde. La pression artérielle grimpe elle aussi, et le pouls s’accélère. C’est la première fois qu’un tel phénomène est mis en évidence.

Le cœur n’est pas le seul organe à souffrir. La thyroïde, glande qui régule de nombreuses hormones, subit difficilement une privation de sommeil. Le taux de TSH, FT3 et FT4 – trois hormones essentielles – grimpe fortement après la garde. De même, le taux de cortisol monte en flèche. Ce marqueur témoigne du stress auquel sont soumis les volontaires.

Un impact sur le poids

Ces résultats n’ont rien de rassurant, mais l’étude ne précise pas si les effets sont réversibles ou temporaires. En outre, « Les participants n’ont pas eu le droit de consommer de la caféine, ou des aliments et boissons qui contiennent de la théobromine, comme le chocolat, les noix ou le thé », précise Daniel Kuetting qui a mené les travaux. Les facteurs environnementaux n’ont pas non plus été pris en compte.

Mieux vaut donc éviter d’accumuler les dettes de sommeil. D’autant que, lorsqu’elles deviennent chroniques, les problèmes de santé s’accumulent. Dormir trop peu stimule l’appétit et favorise l’obésité. Les pulsions sont également plus difficiles à maîtriser lorsque le corps n’est pas reposé. Autant de bonnes raisons de se coucher un peu plus tôt quand c’est possible.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité