Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 650 adultes

Smartphone : un usage intensif réduit la qualité du sommeil

Le téléphone portable n’a pas que du bon. Les gros utilisateurs ont un sommeil de moins bonne qualité et dorment moins longtemps.

Smartphone : un usage intensif réduit la qualité du sommeil focuspocusltd/epictura

  • Publié 10.11.2016 à 12h36
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si vous lisiez un peu au lieu de jouer à Candy Crush ? Passer trop de temps devant les écrans de smartphone est associé à un sommeil de moins bonne qualité. 18 % de la population française consomme somnifères et anxiolytiques pour rattraper ses dettes.
Décrocher plus souvent pourrait être un bon réflexe, à en croire l’étude menée par l’Université de Californie à San Francisco. Publiée dans PLOS One, elle montre que les gros utilisateurs de smartphone dorment moins longtemps et moins bien.

Une heure et demie par jour

653 adultes américains ont participé à cette étude en installant une application qui mesure le temps passé avec l’écran allumé. Le logiciel est resté actif pendant 30 jours. En complément, ces volontaires ont rempli des questionnaires sur le temps qu’ils passent dans les bras de Morphée et à quel point ce sommeil est réparateur.

En moyenne, les participants ont utilisé leur smartphone une heure et demie par jour. Un résultat plutôt respectable que tous n’atteignent pas. Les jeunes et ceux qui se déclarent comme Afro-américains ou d’une autre ethnie se démarquent par des recours particulièrement fréquents à leur mobile. Un réflexe qui n’est pas bénéfique : les plus gros utilisateurs sont ceux qui ont le sommeil le plus court et de moins bonne qualité. Le phénomène est particulièrement marqué si l’appareil les suit jusque dans leur lit.

La production de mélatonine

Ce phénomène pourrait s’expliquer par la lumière bleue qu’émettent les écrans rétro-éclairés. Plusieurs travaux ont montré que cette source interfère avec la production de mélatonine. Cette hormone est surtout synthétisée la nuit et aide à réguler les rythmes du sommeil. Car c’est bien ce paramètre seul qui semble affecté par l’usage du smartphone.
« En dépit du fait que la recherche d’information médicale est une des principales activités menées sur le téléphone, aucune pathologie évaluée n’était associée avec le temps passé devant l’écran », soulignent les auteurs. Ces appareils ne favorisent pas non plus la sédentarité, contrairement aux téléviseurs et ordinateurs.

68 % des Américains posent leur mobile sur une table de chevet, à côté de leur lit, signalent les chercheurs. Le signe que ce dispositif reste omniprésent, même avant le coucher. Améliorer les pratiques est important car un sommeil insuffisant ou de mauvaise qualité dégrade un large panel de paramètres de santé. Pathologies cardiovasculaires, prise de poids et sédentarité sont plus fréquents chez les personnes qui dorment peu ou mal.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité