Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude Inserm

L'obésité augmente le risque de développer la maladie d'Alzheimer

Prévenir l'obésité pourrait limiter le risque de développer la maladie d'Alzheimer. C'est ce que démontre une étude menée sur des souris par des chercheurs de l'Inserm et de l'Université Lille 2.


  • Publié 07.01.2013 à 18h34
  • |
  • |
  • |
  • |


A l'issue d'un régime riche en graisses, « les souris obèses ont développé une pathologie aggravée tant du point de vue de la mémoire que des modifications de la protéine Tau », explique David Blum, chargé de recherche à l'Inserm. Une étude expérimentale a été menée récemment sur des souris par des chercheurs de l'Inserm et de l'Université Lille 2/Université Lille Nord de France. Elle fournit la preuve de la relation entre l'obésité et les pathologies liées à la protéine Tau dans un modèle de neurodégénérescence de la maladie d'Alzheimer. Les altérations cognitives observées dans cette maladie sont le résultat de l'accumulation de protéines Tau anormales dans les cellules nerveuses en dégénérescence.
Cette découverte est une première pour la recherche française. Mais, quelle a été la technique utilisée par ces chercheurs ? Ils ont nourri pendant cinq mois avec un régime riche en graisse de jeunes souris transgéniques qui développaient progressivement avec l'âge, une neurodégénérescence liée à la protéine Tau dans un modèle de la maladie d'Alzheimer. Les conclusions de cette équipe dirigée par le Dr Luc Buée sont claires. Obésité et aggravation de la maladie de d'Alzheimer sont liées. Et cela est transposable à l'homme. C'est ce que nous révèle David Blum.

Ecoutez David Blum, chargé de recherche à l'inserm: « L'obésité accroît, aggrave la pathologie de type Alzheimer, cette obésité pourrait en particulier aggraver les lésions des protéines Tau.

 

 

Avec plus de 860 000 personnes atteintes d'Alzheimer en France, cette découverte pourrait bien à terme bouleverser nos habitudes alimentaires et celle des malades. « Nos travaux renforcent l'idée d'une contribution majeure des facteurs environnementaux dans le développement de cette pathologie neurodégénérative »  , précise David Blum. A présent, « nous travaillons  désormais sur l'identification des facteurs responsables de cette aggravation », conclut le chercheur. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité