Publicité

QUESTION D'ACTU

Étude française

Étudiants : dormir pour mieux apprendre

ENTRETIEN - Une étude française menée sur des étudiants révèle que dormir entre deux sessions d’apprentissage permet de réapprendre mieux le matin. Le cerveau travaille la nuit. 

Étudiants : dormir pour mieux apprendre eldarnurkovic/epictura

  • Publié 24.08.2016 à 12h53
  • |
  • |
  • |
  • |


Apprendre sa poésie le soir avant de se coucher est un conseil que les parents donnent souvent à leurs enfants. Dans l’esprit de beaucoup de familles, le soir est  le moment propice pour mieux mémoriser. Et ce "modus operandi" est  devenu une stratégie pour beaucoup d’étudiants.  
Mais est-il réellement efficace ? A la veille de la rentrée scolaire, une équipe de chercheurs lyonnais apporte des éléments de réponse.Dans une étude publiée au sein de la revue Psychological Science, ils démontrent toute l’importance de dormir entre deux révisions.

Dormir pour apprendre le swahili

Ces travaux ont été menés au laboratoire d’Étude des Mécanismes Cognitifs de l’Université Lyon 2 par l'équipe de la chercheuse Stéphanie Mazza. Ces scientifiques sont partis du postulat suivant : le sommeil améliore les performances de mémoire. Mais eux ont voulu cette fois-ci savoir si le sommeil faisait aussi économiser du temps quand on voulait réapprendre quelque chose. Pour cela, ils ont sélectionné 60 jeunes entre 18-25 ans, majoritairement étudiants.

Durant des sessions d’apprentissage, ils ont demandé aux participants de retenir 16 mots d’une langue africaine : le swahili. Le premier groupe a eu la matinée pour les apprendre puis a été réinterrogé 12 heures plus tard, c’est-à-dire le soir. Les volontaires du second groupe les ont eux appris une première fois le soir, ont dormi 12 heures, puis ont été questionnés à nouveau le matin.

"Travailler moins pour gagner plus"

Et les résultats sont sans appel. Les sujets ayant dormi repartent avec un capital plus important quand ils réapprennent le matin. Plus intéressant encore, dans ce groupe, les volontaires ont eu besoin de la moitié du temps nécessaire aux autres pour réapprendre les mots qu’ils n’avaient pas réussi à rapporter. « Et la différence est significative », selon Stéphanie Mazza. Contactée par Pourquoidocteur, elle résume ces conclusions avec la formule suivante : « fournir moins d’efforts pour être plus performant, ou travailler moins pour gagner plus », ironise-t-elle.

Cette dernière se réjouit aussi que ces résultats ont été confirmés une semaine plus tard; le groupe qui avait dormi se souvenait de tous les mots. Cela sans entraînement. « Ils avaient quinze mots sur les seize alors que ceux qui n’avaient pas dormi n’en avaient que 10 », précise-t-elle. Des conclusions qui s'expliquent par la biologie du cerveau qui travaille encore pendant que l’on dort. « Avec des neurones qui se réactivent », décrit-elle.
Du coup, Stépanie Mazza verrait bien cet article scientifique faire l’objet de recommandations à quelques jours de la rentrée des étudiants.

Ecoutez...
Stéphanie Mazza, neuropsychologue à l'université Lyon 2 : « Pendant qu'on dort, c'est comme si vous faisiez encore des essais pour apprendre...»

 

Les seniors perdent ce bénéfice 

Cette "méthode" s'applique-telle à d'autres tranches d'âge ? L'équipe de Lyon compte prolonger ces travaux pour y répondre.  Mais les premières données semblent indiquer que, chez les seniors, cela ne marche plus. La chercheuse l’explique par le sommeil différent de nos aînés.
« Après 60 ans, confirme Stéphanie Mazza, le sommeil est nettement moins profond. Or c’est pendant le sommeil profond que l’on consolide ce que l’on a appris », rappelle-t-elle.
D’autres données préliminaires indiqueraient, en revanche, que la formule est gagnante chez les enfants. Stéphanie Mazza cherche d’ailleurs à recruter une cohorte suffisante de bambins pour démontrer cela. 

(1) Etude financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et soutenue par le Labex Cortex de l’Université de Lyon

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité