Publicité

QUESTION D'ACTU

Détecter le virus avant un projet parental

Zika : à Lille, l'Institut Pasteur va contacter les personnes revenant de zones touchées

EXCLUSIF. L'Institut Pasteur de Lille s'apprête à contacter toutes les personnes ayant séjourné dans les régions touchées par Zika et ayant un projet de grossesse. 

Zika : à Lille, l'Institut Pasteur va contacter les personnes revenant de zones touchées tipchai/epictura

  • Publié 02.07.2016 à 13h17
  • |
  • |
  • |
  • |


L’Institut Pasteur de Lille va contacter, dans les prochains jours, toutes les personnes venues au centre international de vaccination et qui se sont rendues dans des régions frappées par l’épidémie de Zika. L’objectif : éviter des cas de transmission sexuelle du virus chez des couples en désir d’enfant.

« Habituellement, une épidémie causée par un virus véhiculé par un moustique touche autant les hommes que les femmes. Or, avec Zika, on s’aperçoit que la maladie affecte deux fois plus les femmes que les hommes, ce qui montre bien le rôle joué par la transmission sexuelle », explique à Pourquoidocteur le Pr Daniel Camus de l’Institut Pasteur de Lille et responsable d’un groupe de travail sur Zika au Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP).


Eviter les malformations congénitales

Des études ont également montré que le virus pouvait persister 3 mois dans le sperme. Le risque de transmettre le Zika lors d’un rapport sexuel est donc important sur une longue période. « Les personnes vivant en zone d’épidémie ou les voyageurs de retour en France désirant avoir un enfant devront donc prendre certaines précautions, et ce même en fin d’épidémie », soulève le spécialiste.

Les équipes lilloises vont ainsi appeler chacune des personnes vues avant leur départ et leur demander si un projet d’enfant se dessine. Si la réponse est positive, ils seront invités à venir se faire dépister afin de s’assurer que les femmes ne seront pas exposées au virus par leur partenaire et que le futur enfant ne sera pas victime de malformations liées à l’infection.


« Gérer au mieux la fin de l’épidémie »

La démarche suivie par l’Institut Pasteur de Lille suivra les nouvelles recommandations du HSCP, émises notamment par le Pr Camus, et indiquera si l’homme a été infecté ou non par Zika, et si le projet de grossesse est sans danger.
Pour le savoir, les médecins réaliseront une recherche d’anticorps dirigés contre le virus Zika dans le sang des hommes 28 jours après qu'ils soient rentrés en France. Si ces molécules sont absentes, cela signifie que l’infection n’a pas eu lieu. Le projet d’enfant peut alors être envisagé par le couple.

En revanche, si l’examen est positif ou douteux, le risque existe. Dans ce cas, 2 prélèvements de sperme seront réalisés à au moins une semaine d’intervalle et après 4 ou 5 jours d’abstinence. « S’il n’y a pas de traces du virus, on peut rassurer les parents et leur dire qu’ils peuvent mener à bien leur projet d’enfant », précise Daniel Camus.



Dans son dernier avis, les membres du HSCP recommandent que ces examens soient proposés aux personnes vivant dans les départements français d’Amérique sévèrement touchés par ce virus (Martinique, Guadeloupe et Guyane), ainsi que les touristes de retour en métropole. « Cela concerne énormément de monde, reconnaît le spécialiste. Mais il s’agit de gérer au mieux la fin d’une épidémie ». Ils préconisent également que ces tests d’environ une centaine d’euros soient intégralement pris en charge par l’Assurance maladie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité