Publicité

QUESTION D'ACTU

New England Journal of Medicine

Zika : le risque de microcéphalie est faible en fin de grossesse

Des chercheurs colombiens et américains montrent qu'une infection par Zika lors du 3ème trimestre de grossesse n'augmente pas les risques de microcéphalie. 

Zika : le risque de microcéphalie est faible en fin de grossesse Pan American Health Organization-PAHO Pan American Health Organization-PAHO/Flickr

  • Publié 16.06.2016 à 14h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Le premier trimestre de la grossesse serait bien la période la plus critique en cas d’infection par le virus Zika, selon une étude menée en Colombie et publiée ce jeudi dans le New England Journal of Medicine.

Les chercheurs de l’Institut colombien de la Santé, en collaboration avec les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), n’ont en effet observé aucun cas de microcéphalie chez des enfants nés de mères infectées à la fin de leur grossesse. Ils suggèrent ainsi que l’infection par le virus Zika au cours du 3ème trimestre de grossesse ne favorise pas la survenue de la malformation congénitale.


1 850 femmes enceintes étudiées

En Colombie, près de 12 000 femmes enceintes auraient été infectées par le virus entre août 2015 et avril 2016. Pour évaluer le risque de microcéphalie, l’équipe de recherche a étudié les dossiers médicaux de 1 850 femmes. L’infection par le virus Zika a été confirmée biologiquement chez 326 d’entre elles.

Les chercheurs précisent que 532 femmes ont rapporté avoir présenté les signes de Zika (éruption cutanée avec ou sans fièvre, douleurs articulaires) au cours du 1er trimestre de grossesse, 702 pendant le 2ème trimestre et 616 à la fin de leur grossesse. Chez ces dernières, plus de 90 % d’entre elles ont accouché et aucune n’a donné naissance à un enfant atteint d’une malformation cérébrale. Les femmes infectées lors des 6 premiers mois de leur grossesse n’ont toujours pas accouché, précisent les auteurs ajoutant qu’ils s’attendent à une recrudescence des cas de microcéphalie dans les semaines et mois qui viennent.

Ces résultats semblent ainsi confirmer que les fœtus infectés par le virus Zika au cours du premier trimestre de grossesse ont un risque accru de développer une microcéphalie, comme l'avait montré l'Institut Pasteur en mars dernier et une récente étude parue en mai. 


Les jeunes femmes 3 fois plus touchées

En outre, les chercheurs ont découvert que les jeunes femmes de 15 à 29 ans  ont été les premières cibles du virus Zika en Colombie. L’infection par ce virus a en effet était 3 fois plus importante chez ces dernières que chez les hommes du même âge. « Etant donné que 73 % des grossesse en Colombie concernent des jeunes femmes de cet âge, la forte incidence de l’infection Zika est très préoccupante et souligne le besoin urgent de renforcer la prévention auprès de cette tranche d’âge », soulignent les auteurs.

Depuis l’arrivé du virus Zika en Colombie en août 2015, plus de 65 700 personnes auraient été infectés, mais seulement 2 485 cas ont été confirmé biologiquement. Mais ces données ne reflètent pas l’étendue de l’épidémie, relèvent les auteurs rappelant que 80 % des infections sont asymptomatiques.
Dès lors, les femmes enceintes porteuses du virus Zika sans le savoir ne bénéficient pas d’une prise en charge adéquate et échappent à la surveillance médicale.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité