Publicité

QUESTION D'ACTU

Cœur, cerveau, foie…

Café : pourquoi ce breuvage fait du bien à notre santé

ENQUÊTE – Les études sont nombreuses à vanter les bénéfices du café sur la santé et le bien-être. Mais quel est vraiment l’impact de ce breuvage ? Outre ses effets stimulants, il s’avère aussi être un allié contre de nombreuses maladies.

Café : pourquoi ce breuvage fait du bien à notre santé GoToVan/Flickr

  • Publié 04.06.2016 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Petit noir, grand crème ou Américain, le café revêt de nombreux visages. Entre ceux qui programment la cafetière pour leur réveil, qui l’associent à la cigarette ou qui ne peuvent plus travailler sans, les Français en sont des adeptes inconditionnels. Inconditionnels, certes, mais raisonnables : en 2015, ils ont consommé 5,1 kilos de ce précieux grain noir. A raison de deux tasses par jour, les Français ne sont pas les plus grands adorateurs de café dans le monde. A titre de comparaison, les Suédois en absorbent le double. Le pays préfère largement l’Arabica à son cousin Robusta - pourtant deux fois plus chargé en caféine - et privilégie les expressos, moins dosés que les cafés filtre.

Les études vantant les mérites du breuvage sur la santé se sont multipliées ces dernières années. En 5 ans, 1 072 travaux ont été répertoriés sur la base de données PubMed. Elle vont du diabète au cancer colorectal en passant par les maladies hépatiques et le poids de naissance. D’autres se montrent plus modérées. Une offre pléthorique, mais qu’en est-il vraiment de ses bienfaits ? Cette boisson millénaire est riche en substances antioxydantes et en oligo-éléments qui agissent sur l’organisme.



Une « bonne drogue »

Le succès du grain de café tient en partie à son aspect social. 27 % des buveurs de café expliquent que cette dimension est la raison pour laquelle ils le consomment. Mais pour le Pr Jean Costentin, membre de l’Académie de médecine, le petit noir est aussi une « bonne drogue ». Il faut dire que ses bienfaits sur la santé sont nombreux, à commencer par le cerveau. « Pour reprendre les termes des médicaments, il présente un parfait rapport bénéfice-risque », résume ce professeur de pharmacologie.

Plusieurs étapes permettent de démontrer l’impact du café sur l’organisme. Astrid Nehlig, directrice de recherche à l’Inserm, s’est spécialisée dans ce domaine. Les études d’observation, réalisées auprès de larges populations, permettent de comparer l’effet des différents niveaux de consommation. Mais selon cette chercheuse, des travaux plus fouillés sont nécessaires.

Prévient Parkinson

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) s’est attelé à rassembler la littérature publiée au cours d’une réunion dédiée aux « café, maté et boissons très chaudes », qui se tenait du 24 au 31 mai. Ses conclusions, livrées le 15 juin dans le Lancet Oncology, devraient se montrer optimistes. Il faut dire que les travaux sur le cancer colorectal sont sans équivoque. D’autres donnent des pistes encourageantes dans le cancer du foie, du pancréas et même de la vessie.Mais les travaux sont de qualité plutôt disparate en cancérologie, ce qui n’est pas le cas dans tous les domaines. Il a ainsi été démontré que le breuvage amer et sombre contribue à prévenir la maladie de Parkinson. La caféine est donc associée au traitement de référence, la lévodopa, dans de nombreux essais. L’idée est alors d’améliorer l’efficace de cet antiparkinsonien.

De fait, cette substance agit sur les récepteurs de l’adénosine, une molécule qui régule l’activité cérébrale. « Le café agit comme un antagoniste sur deux récepteurs associés aux neurones qui communiquent par la dopamine, résume Jean Costentin. En bloquant ces récepteurs, la caféine intensifie la transmission entre les neurones dopaminergiques et réduit la destruction de ceux-ci. »Ces bénéfices apparaissent à partir de 3 ou 4 tasses.

C’est bien le cerveau qui profite le plus de la consommation de café, stimulant bien connu pour augmenter la vigilance et la concentration. « C’est bénéfique dans les situations de vigilance réduite, en particulier si vous avez un rhume », illustre Astrid Nehlig. Grâce à ses effets anti-sommeil, la boisson a aussi été conseillée aux jeunes qui sortent de boîte.

Antidiabétique et antioxydant

Des résultats au moins aussi positifs ont été livrés dans le diabète. Les effets préventifs s’observent dès 1 à 2 tasses quotidiennes. Du cerveau au diabète, le lien ne semblait pas évident. Le mécanisme non plus. « J’y vois deux explications, avance Jean Costentin. Le café peut éviter la destruction des cellules bêta, productrices d’insuline, et augmenter la dépense énergétique, ce qui est intéressant dans le diabète de type 2, tout en luttant contre la surcharge lipidique. »

Ecoutez...
Astrid Nehlig, directrice de recherche à l’Inserm : « Pour le diabète, la découverte a été faite dans les années 2000, avec un effet dose-dépendant. Le troisième effet s’observe dans les pathologies hépatiques. »


Le cœur lui aussi profite de cette boisson chaude : à raison de 3 à 5 tasses par jour, un bénéfice cardiovasculaire a été observé. Le tout sans perturbations du rythme cardiaque, même si une arythmie survient dans de petits groupes. « On ne sait pas très bien pourquoi mais on présage que ce phénomène est lié à des fragilités génétiques », suppose Astrid Nehlig.

La richesse du café réside dans d’autres composés que la caféine. Ses polyphénols représentent 65 % des apports en antioxydants quotidiens, contre 13 % pour les fruits et légumes. « Mieux vaut ne pas mettre trop de lait pour en profiter, sans quoi on perturbe leur assimilation», recommande Astrid Nehlig.

Ecoutez...
Astrid Nehlig  : « Les conseils pratiques, c’est déjà d’écouter son corps et moduler sa prise de café en fonction de ce que dit son corps. »


Pour Jean Costentin, les bénéfices du café sont « indiscutables ». Mais ce breuvage n’est pas sans conséquences moins désirables. A commencer par celles qu’il peut avoir sur les médicaments. La boisson étant métabolisée par le foie, notamment une enzyme qui gère aussi la dégradation des médicaments, des interactions sont possibles. « Un antibiotique et d’autres analgésiques ont été retirés du marché car ils troublaient l’élimination de la caféine », explique le professeur de pharmacologie. L’Agence de sécurité du médicament recommande de réduire la consommation lors d’autres traitements antibiotiques toujours sur le marché.

Les femmes enceintes plus fragiles

L’assimilation de la caféine est au cœur du problème. « Il n’y a pas de dose toxique avérée », rappelle Astrid Nehlig. La tâche est presque impossible. Mais on sait que certains gènes augmentent la sensibilité à cette substance (voir encadré). « On observe une consommation intelligente de café,modère toutefois la chercheuse de l’Inserm. La plupart des gens consomment le café à des doses qui leur apportent les effets qu’ils attendent, comme la vigilance, la concentration… » Ils se tiennent généralement à cela.

Certains sujets peuvent être plus fragiles que d’autres face à la caféine, dont les femmes enceintes. L’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) leur recommande de réduire de moitié leur consommation habituelle afin d’éviter les augmentations du rythme cardiaque chez le fœtus. « La nature fait bien les choses : les femmes qui sont enceintes sans le savoir réduisent spontanément leur consommation car le café change de saveur », sourit Jean Costentin.

Ecoutez...
Astrid Nehlig : « Les limites de consommation sont de 200 mg en une prise pour la population générale et 400 mg au cours de la journée. Chez la femme enceinte, ils recommandent de ne pas dépasser 200 mg par jour. »


Le café, découvert en Ethiopie entre 2 000 et 850 avant Jésus-Christ, est consommé depuis des millénaires, y compris à des fins thérapeutiques. Cette boisson n’en recèle pas moins de nombreux secrets même à l’heure actuelle. Il faudra encore comprendre comment ce breuvage obscur agit sur notre organisme et comment nos gènes influencent son assimilation. « On peut faire des études expérimentales sur l’homme, en donnant une quantité précise de caféine et en observant le résultat, sur des performances par exemple, explique Astrid Nehlig. Si on veut pousser plus loin, on réalise des études sur des modèles animaux et on observe les mécanismes d’action. »C’est également ce que préconisent les dernières recommandations alimentaires 2015-2020 du Bureau américain pour la prévention des maladies et la promotion de la santé. Sur ce plan, le mystère reste total.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Les effets du café sur le sommeil

Nos gènes auraient-ils développé la même appétence que nos palais pour le café ? C’est ce que suggèrent plusieurs travaux, qui ciblent un gène en particulier : CYP1A2. Une forme favorise la consommation régulière de cette boisson chaude. Mais notre ADN peut aussi nous rendre plus sensibles à ses effets, notamment sur le sommeil. Un polymorphisme génétique divise ainsi la population en deux parties : ceux qui sont sensibles aux effets « insomniaques » du café et ceux qui pourront boire un expresso à toute heure sans effet. L’action de ces variations génétiques est en revanche assez mal connue. « Il y a absolument besoin de comprendre », estime Astrid Nehlig.

 

Jean Costentin est auteur du livre Café, thé, chocolat : les bienfaits pour le cerveau et le corps (Odile Jacob)

Astrid Nehlig a dirigé l’ouvrage Café & Médecine en 20 questions (Expressions Santé Editions)

 

Lire la suite de notre enquête : Le mythe de la dépendance au café

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité