Publicité

QUESTION D'ACTU

Société Francophone du diabète

Les diabétiques n'ont pas accès aux innovations thérapeutiques

Un grand nombre de nouveaux antidiabétiques ne sont pas disponibles ou remboursés en France contrairement à nos voisins européens et aux Etats-Unis.

Les diabétiques n'ont pas accès aux innovations thérapeutiques Stocklib / My Make OU

  • Publié 25.03.2016 à 18h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Qu’il soit atteint de diabète de type 1 ou de type 2, le patient diabétique devra suivre des traitements lourds tout au long de sa vie parallèlement à un contrôle strict de sa glycémie : des impératifs contraignants pour le malade.

Pourtant, de nouvelles molécules permettent aujourd’hui d’équilibrer le diabète tout en apportant un meilleur confort de vie aux malades. Mais un grand nombre de ces thérapies innovantes ne sont pas disponibles en France ou ne sont pas remboursées par l’Assurance Maladie. « Si l’on compare à certains pays d’Europe ou d’Outre-Atlantique, la France est clairement à la traîne en termes d’accessibilité à l’innovation dans le diabète », déplore le Pr Bruno Guerci du service de diabétologie, maladies métaboliques et nutrition au CHU de Nancy. Lors de leur évaluation par la Commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé, la quasi-totalité de ces nouvelles molécules obtiennent une amélioration du service médicale rendu (ASMR) de niveau 5, soit le niveau le plus faible. Pour la Commission de Transparence, ces traitements n’apportent aucune amélioration pour le patient par rapport à ceux déjà sur le marché.


Un antidiabétique bon pour le cœur

Pourtant, parmi ces médicaments non commercialisés en France, certains ont démontré un effet bénéfique majeur sur le système cardiovasculaire. Les atteintes du coeur et des vaisseaux sont en effet des complications graves et fréquentes. Or, aucun antidiabétique n’avait à ce jour clairement démontré qu’il pouvait réduire le risque cardiovasculaire. Pour la première fois, des travaux parus en septembre 2015 ont montré qu’un inhibiteur de SGLT2, l’empaglifozine, réduit de 30 % la mortalité des patients diabétiques de type 2 à très haut risque cardiovasculaire. « C’est une perte de chances pour les patients de ne pas pouvoir bénéficier d’une telle stratégie thérapeutique. Il faut absolument que les pouvoirs publics permettent la prescription et le remboursement de ce médicament », affirme le Pr Bruno Guerci.

Mieux, les inhibiteurs de SGLT2 n’induisent pas d’épisodes d’hypoglycémies contrairement aux traitements standards que sont l’insuline ou les sulfamides. « Ces derniers peuvent même être considérés comme relativement obsolètes. Ils sont, en effet, responsables de nombreuses hypoglycémies alors qu’on sait que la peur de cette complication est ressentie par plus de la moitié des patients diabétiques. Cette crainte impacte forcément sur la qualité de vie des patients », relève le spécialiste. Le poids de l’hypoglycémie est également financier. « On estime le coût indirect de l’hypoglycémie à 125 millions d’euros par an pour l’assurance maladie », ajoute le Pr Guerci.


Une auto-surveillance moins pénible

En outre, les traitements de référence nécessitent le recours à une auto-surveillance glycémique associée à une piqûre au bout du doigt afin d’adapter la posologie. Les patients diabétiques peuvent être amenés à réaliser ce contrôle entre 2 et 4 fois par jour. Un geste contraignant et invasif qui peut être mal vécu pour les patients, en particulier pour les plus jeunes. Dès lors, pouvoir s’affranchir de ce contrôle quotidien grâce aux nouveaux antidiabétiques est une réelle amélioration de la qualité de vie.

De la même façon, si tous les patients traités par ces innovations thérapeutiques devront continuer à surveiller leur glycémie, la piqûre au bout du doigt n’est pas une fatalité. De nouvelles méthodes permettent de mesurer le taux de glucose grâce à un capteur positionné sur le bras ou l’abdomen. Via un filament placé sous la peau, il enregistre le taux de glucose en temps réel et de façon continue. En France, ces capteurs de glucose ne sont pas remboursés. Mais des patients lassés des piqûres au bout du doigt et pouvant se le permettre ont déjà opté pour ces dispositifs qui coûtent entre 120 et 300 euros par mois.

Pour permettre l’accès à toutes ces innovations, le Pr Bruno Guerci estime que les sociétés savantes, telles que la Société Francophone du Diabète, ont un rôle essentiel à jouer. Les associations de patients sont également des acteurs indispensables pour interpeller les pouvoirs publics. A l’image de la bataille pour le remboursement des pompes à insuline en 2000, la coopération entre les sociétés savantes et les collectifs de patients pourrait changer la vie de milliers de malades.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité