Publicité

QUESTION D'ACTU

Mémoire épisodique

Le surpoids peut altérer notre mémoire

Des chercheurs ont montré une association entre un IMC élevé et une mémoire défaillante. Ce lien pourrait induire une  suralimentation.

Le surpoids peut altérer notre mémoire CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

  • Publié 29.02.2016 à 19h22
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si les personnes en surpoids mangeaient plus que les autres parce qu’elles ont une moins bonne mémoire de leurs repas passés ? C’est en substance une piste proposée par des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) dans un article publié vendredi dans The Quarterly Journal of Experimental Psychology.

Dans cette étude préliminaire, ils sont parvenus à associer un indice de masse corporelle (IMC) élevé et une moins bonne mémoire épisodique, liée aux souvenirs d’évènements précis. « Comprendre les mécanismes qui dirigent notre consommation et la manière dont nous régulons instinctivement notre alimentation devient crucial, explique le Dr Lucy Cheke, responsable de l’étude. Nous avons observé que la mémoire joue un rôle important. Nos souvenirs d’un repas jouent un rôle dans notre satiété, et par exemple, dans notre tendance à manger une barre chocolatée un peu plus tard. » Une bonne illustration de cercle vicieux.

 

Quand l’IMC monte, la mémoire décline

Son équipe a étudié la mémoire de 50 personnes âgées de 18 à 35 ans, et dont l’IMC était compris entre 18 et 51. Les IMC sains sont compris entre 18 et 25. Au dessus de 25, les personnes sont considérées en surpoids, et obèses au-dessus de 30. Le test était une chasse au trésor virtuelle, dans laquelle les sujets devaient cacher des objets dans un environnement compliqué. Le lendemain, ils devaient se rappeler de la nature des objets, de l’endroit et du moment où ils les avaient cachés.

Les chercheurs ont alors identifié une association entre un IMC élevé et des résultats faibles à la chasse au trésor. Selon eux, les modifications cérébrales déjà observées chez les personnes en surpoids pourraient aussi se retrouver dans la capacité à former et utiliser la mémoire épisodique.

 

Oublier pour mieux manger

L’obésité avait notamment déjà été associée à des troubles de l’hippocampe, zone du cerveau impliquée dans la mémoire, sans pour autant associer directement la mémoire et le surpoids. Cette étude vient donc apporter une pierre de plus à l’édifice.

« Nous ne disons pas que les personnes en surpoids sont plus distraites que les autres, tempère le Dr Cheke. Mais ils pourraient éprouver des difficultés à avoir des souvenirs précis de certains évènements passés, comme leurs propres repas.
D’après de précédentes recherches sur le rôle de la mémoire dans l’alimentation, cela pourrait altérer la régulation de leur consommation. » En d’autres termes, une personne en surpoids est incitée à manger plus.

En France, d’après l’enquête ObEpi réalisée en 2012, près d’un tiers de la population serait en surpoids.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité