Publicité

QUESTION D'ACTU

Facteurs comportementaux

Cancers du sein : plus de la moitié pourraient être évités après la ménopause

Chez les femmes ménopausées, l'amélioration de l'hygiène de vie pourrait diminuer les risques de survenue d'un cancer du sein, selon une étude française.

Cancers du sein : plus de la moitié pourraient être évités après la ménopause DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 08.02.2016 à 15h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Après la ménopause, les cancers du sein sont plus souvent attribuables aux facteurs comportementaux tels que l’alimentation déséquilibrée, la consommation d’alcool ou le surpoids, suggère une étude française publiée ce jeudi dans l’International Journal of Cancer.

Ces travaux menés par une unité de recherche Inserm à l’Institut de Cancérologie Gustave Roussy ont porté sur le suivi de plus de 67 000 femmes âgées de 42 à 72 ans incluses dans la cohorte de E3N (1). Au cours des 15 ans de suivi, 497 femmes ont souffert d’un cancer du sein avant la ménopause, et plus de 3 000 après la ménopause.

« Avant la ménopause,  les cancers du sein sont pour 61,2 % attribuables à des facteurs de risque non-comportementaux et seulement 39,9 % au comportement », explique Françoise Clavel-Chapelon, directrice de recherche Inserm et responsable des travaux. Par contre, « après la ménopause, plus de la moitié des cas de cancer auraient pu être évités avec un comportement adapté », relève la chercheuse.


Traitements hormonaux

Les chercheurs expliquent qu’une proportion importante de cancers diagnostiqués après la ménopause pourrait être évitée grâce à l’amélioration de l’alimentation, la réduction de la consommation d’alcool ou la prévention du surpoids. Limiter l’utilisation des traitements hormonaux de la ménopause, notamment ceux qui contiennent des progestatifs de synthèse permettrait d’éviter près de 15 % des cancers du sein.

Les auteurs suggèrent de poursuivre des études en sciences humaines et sociales permettant de mieux comprendre ces comportements et mettre au point des interventions pour les modifier.


(1) la cohorte E3N, ou étude épidémiologique auprès des femmes de la MGEN, est une étude de cohorte prospective portant sur 100 000 femmes françaises nées entre 1925 et 1950 et suivies depuis 1990. Tous les 2 ou 3 ans, les volontaires remplissent des questionnaires et sont interrogées sur leur mode de vie et l’évolution de leur état de santé.

L’étude E4N vient d’être lancée et vise à prolonger l’étude E3N en suivant la descendance et les conjoints des femmes d’E3N. A terme, 3 générations de femmes et d’hommes seront suivies. L’objectif principal de l’étude E4N est d’étudier la santé en relation avec l’environnement et le mode de vie moderne chez des sujets d’une même famille ayant un terrain génétique et un environnement communs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
 

Après la ménopause, les cancers du sein sont plus souvent attribuables aux facteurs comportementaux tels que l’alimentation déséquilibrée, la consommation d’alcool ou le surpoids, suggère une étude Inserm

Posté par Pourquoidocteur sur samedi 6 février 2016
 

La médecine au féminin : Suzette Delaloge, anticonformiste de ...

La médecine au féminin : La femme, c'est Suzette Delaloge, une anticonformiste dans le milieu très feutré de la cancérologie qui a créé il y a plus de 10 ans, la consultation « diagnostic en un jour du cancer du sein ». La maladie, c’est le cancer du sein qui concerne ou concernera près d’une femme sur 9 au cours de sa vie.

Posté par Pourquoidocteur sur lundi 8 février 2016
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité