Publicité

QUESTION D'ACTU

Nature Genetics

Listéria : l'Institut Pasteur découvre des souches hypervirulentes

Après avoir analysé 7 000 souches de Listeria, des chercheurs français ont mis en évidence la grande diversité de pouvoir pathogène de cette espèce bactérienne.

Listéria : l'Institut Pasteur découvre des souches hypervirulentes DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 02.02.2016 à 12h46
  • |
  • |
  • |
  • |


La bactérie Listeria monocytogenes est une espèce placée sous haute surveillance. Elle est responsable de la listériose, une infection alimentaire aux conséquences graves pour les femmes enceintes et les personnes âgées. Mais parmi les différentes souches, certaines sont plus agressives que d’autres. Des chercheurs français (1) ont découvert des souches hypervirulentes associées aux infections les plus sévères. Ces résultats ont été publiés ce lundi dans le journal Nature Genetics.

Pour mener leurs travaux, les scientifiques ont analysé le génome de 7 000 souches de Listeria collectés durant 9 ans. Plus de 2 000 d’entre elles étaient issues de prélèvements effectués chez les patients, les autres provenaient d’aliments contaminés.


Une espèce hétérogène

Le génotypage de ces bactéries a montré une grande hétérogénéité au sein de cette espèce. En combinant ces résultats aux données cliniques de 800 patients, les chercheurs ont montré que les souches hypervirulentes sont essentiellement retrouvées chez l’Homme. « De plus, les souches les plus associées aux infections semblent les plus invasives, car elles affectent plus fréquemment le système nerveux central et le fœtus que les souches les plus associées aux aliments », explique l’Institut Pasteur qui a dirigé ces travaux.

Une hypothèse confirmée grâce à un modèle murin. Les scientifiques ont administré ces souches très agressives à des rongeurs et ont observé que celles-ci s’attaquaient au cerveau des animaux et au fœtus. Des conséquences qui n’ont pas été rapportées avec des souches moins virulentes.

Selon les chercheurs, ce tropisme cérébrale et fœto-placentaire est lié à un groupe de gènes présent chez les souches les plus dangereuses. « Ces résultats ouvrent la voie à la compréhension des mécanismes responsables des listérioses neurologiques et materno-néonatales », relève l’Institut Pasteur.


Une infection qui peut être mortelle

Ils plaident également pour une évolution de la surveillance microbiologique de cette espèce bactérienne. En effet, aujourd’hui les recherches menées sur Listeria monocytogenes se fondent sur l’analyse de souches « référence » non virulentes. Or, ces travaux montrent que les hommes sont infectés préférentiellement par les bactéries hypervirulentes. Utiliser ces dernières comme référence permettrait d’améliorer la pertinence des travaux menés en laboratoire

Chaque année en France, environ 300 cas de listériose sont recensés. Chez l’adulte, cette contamination bactérienne se traduit par une septicémie, voire une méningite ou une méningo-encéphalite. Chez la femme enceinte, elle peut provoquer une fausse-couche, un accouchement prématuré ou une infection néonatale. Bien qu’il existe un traitement antibiotique, 20 à 30 % des malades, en dehors des grossesses, décèdent.


(1) Institut Pasteur, Inserm, CNRS et Université Paris Descartes – Sorbonne Paris Cité

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
 

Des chercheurs français de l' Institut Pasteur ont analysé 7 000 souches de Listeria dont certaines particulièrement agressives infectent préférentiellement l'homme...

Posté par Pourquoidocteur sur mardi 2 février 2016
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité