Publicité

QUESTION D'ACTU

Travaux de l'Imperial College London

Eradiquer le paludisme avec des moustiques mutants

Pour la première fois, des chercheurs ont modifié génétiquement des moustiques pour les rendre stérile. Et enrayer la propagation du paludisme.

Eradiquer le paludisme avec des moustiques mutants MARY EVANS/SIPA

  • Publié 08.12.2015 à 09h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans une étude publiée ce lundi au sein de la revue Nature Biotechnology, des scientifiques britanniques affirment avoir atteint une étape importante dans la lutte contre le paludisme. Comment ? En créant un moustique mutant génétiquement modifié qu'ils ont rendu infertile.

L'objectif avoué de cette équipe est ambitieux puisqu'il s'agit tout simplement d'éliminer les Anopheles gambiae. Ce sont justement les insectes qui propagent le paludisme aux personnes via leurs piqûres.
Les chercheurs expliquent que deux copies d'un gène mutant sont nécessaires pour rendre l'insecte femelle complètement stérile. Mais une seule copie de ce gène pourrait suffire pour qu'il se propage dans une population. A terme, ces moustiques devraient être finalement porteurs de deux gènes et complètement stérile .

Dans les expériences menées en Angleterre, les couples de moustiques mutants ont transmis le gène de l'infertilité à plus de 90 % de leur progéniture. Cela grâce à la technnique appelée « gene drive ». Elle permet de déléter une séquence ADN déterminée en la remplaçant par une autre, permettant ainsi de substituer l’allèle d’un gène à un autre.
Les principaux auteurs de l'étude, le Dr Tony Nolan et le Pr Andrea Crisant, affirment même avoir réussi à transmettre ce gène de la stérilité sur cinq générations.

Des craintes de bouleversements de l'écosystème 

Durant ces travaux, certains experts britanniques avaient indiqué craindre qu'en effaçant totalement ces moustiques de la surface du globe, l'équilibre naturel de l'environnement serait bouleversé. Le Pr Tony Nolan prétend désormais que la méthode mise au point « ne va pas causer d'effets dans la population globale de moustiques, mais seulement sur ceux qui transmettent le paludisme ».

Et ce dernier de conclure : « Il y a environ 3 400 espèces différentes de moustiques à travers le monde. Et Anopheles gambiae qui est un important vecteur du paludisme représente seulement quelques 800 espèces de moustiques implantés en Afrique, le supprimer dans certains territoires ne devrait donc pas affecter de manière significative l'écosystème local », affirme-t-il.

Des moustiques mutants relachés dans 10 ans

C'est clair, l'expérience a donc pour objectif de propager perpétuellement ce gène de l'infertilité de sorte que l'espèce de moustiques concernée s'éteigne définitivement.
L'équipe de l'Imperial College de Londres avertit toutefois en disant que des tests de sécurité sont encore nécessaires. Cela signifie qu'il faudra attendre une décennie au minimum avant que ces moustiques mutants ne soient relâchés dans la nature, et fassent leur oeuvre...

Le paludisme infecte plus de 200 millions de personnes chaque année et provoque plus de 430 000 décès dans le monde. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité