Publicité

QUESTION D'ACTU

La France en 29e position

Les Suisses sont les champions du monde du bonheur

Les Suisses sont les plus heureux du monde. C’est ce qu’affirme le dernier rapport sur le bonheur dans le monde. Le lien social est la clé, selon les experts qui l’ont rédigé.

Les Suisses sont les champions du monde du bonheur Salvatore Di Nolfi/AP/SIPA

  • Publié 25.04.2015 à 17h32
  • |
  • Mise à jour le 26.04.2015 à 08h57
  • |
  • |
  • |


N’en déplaise à Paul Fort, le bonheur n’est pas dans le pré… mais de l’autre côté de la frontière. Les Suisses sont les champions du monde du bonheur, à en croire le dernier « Rapport sur le bonheur dans le monde. » La France, elle, se classe à la 29e position.

L'Europe du Nord championne

Nos voisins helvètes sont les plus heureux du monde et détrônent le Danemark. C’est ce que conclut le Réseau des solutions pour le développement durable des Nations unies, auteur de ce rapport. Et le bonheur n’est pas seulement une question d’argent et d’espérance de vie, aux yeux des experts. La confiance dans les institutions et les entreprises et le soutien social sont aussi les éléments clés d’une société heureuse. Pour établir ce classement de 158 pays, des questionnaires ont été envoyés dans chaque pays, à au moins 2 000 personnes.

C’est sans réelle surprise que l’Europe du Nord domine le classement. Derrière la Suisse figurent l’Islande, le Danemark et la Norvège. C’est le Canada qui clôture ce « Top 5. » La France est moins heureuse que les Etats-Unis (15e) ou l’Allemagne (26e), mais elle devance de loin ses voisins espagnols (36e), italiens (50e) ou belges (99e).

Du bonheur dès l’enfance

En tête de classement, le revenu moyen par personne influence bien entendu le niveau de bonheur. Mais le soutien social est le deuxième facteur le plus influent, suivi de l’espérance de vie. L’importance d’une société unie, c’est d’ailleurs la grande nouveauté de ce rapport. L’évolution du classement depuis la crise le montre bien : « Si les institutions et le tissu social sont suffisamment solides, les crises économiques et les catastrophes naturelles peuvent mener à des améliorations plutôt qu’à une dégradation du tissu social », écrivent les rapporteurs. C’est sans doute pourquoi l’Irlande (18e) et l’Islande (2e), durement frappées par la crise financière, s’en sortent si bien.

Mais le bonheur ne commence pas à l’âge adulte. Il faut davantage travailler sur ce critère dès l’enfance, aux yeux des experts. Et ce ne sont pas les résultats scolaires qui feront un adulte heureux, mais bien le développement émotionnel. « Une perspective positive dès les premières années de la vie est désirable en soi, mais cela jette aussi les fondations du bonheur à l’âge adulte, commente le Pr Richard Layard. Nous devons investir plus tôt pour que nos enfants grandissent et deviennent indépendants, productifs et heureux. »

Avec cette 3e édition, le Rapport sur le bonheur dans le monde espère faire évoluer les Etats. « L’aspiration d’une société, c’est l’épanouissement de ses membres. Ce rapport montre comment atteindre le bien-être social, analyse Jeffrey Sachs, directeur de l’Institut de la Terre. Il n’y a pas que l’argent, mais aussi la justice, l’honnêteté, la confiance et la bonne santé. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité