Publicité

QUESTION D'ACTU

Poignées d’amour et sexe : un lien historique

Poignées d’amour et sexe : un lien historique STORM/P.P.L. IMAGE/SIPA

  • Publié 21.12.2015 à 06h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Quel rapport entre les « poignées d’amour » et l’amour, ou plus exactement le sexe ? C’est en lisant un texte de l’anthropologue et sexologue Philippe Brenot que j’ai découvert le rapport explosif entre ces deux notions. Il y est question de hussards et de préliminaires.

Bien que le Kama sutra et de nombreux traités antiques vantent les raffinements du sexe, il faut bien reconnaître que les époques antérieures étaient plutôt macho et le plaisir féminin plutôt facultatif. Un ami sexologue me racontait l’histoire d’une de ses patientes qui se plaignait de son mari un peu trop frustre au lit. C’était il y a quelques années à peine : « Avec lui, c’est labourage et pâturage, se plaignait-elle ! Il fait sa petite affaire et il me demande : alors, heureuse ? ».
Dans un sursaut avant la ménopause, l’épouse déçue avait traîné son mari chez le thérapeute de couple, histoire de lui apprendre les bonnes manières. « 30 ans que je fais semblant d’avoir du plaisir, docteur, je ne voulais pas mourir idiote ! ».

L’amour à la hussarde a longtemps été une évidence
et peu d’hommes osaient se pervertir aux délicatesses érotiques. D’où l’affaire qui nous intéresse ici, les fameux « coussins d’amour », synonymes de « poignées d’amour » ou de « bourrelets d’amour ».

Aujourd’hui, « poignées d’amour » signifie la partie charnue des graisses au niveau de la taille. Elles permettent littéralement d’attraper l’autre pour lui signifier son affection.
Mais avant, d’après ce que rapporte Philippe Brenot, le terme de bourrelet d’amour désignait une sorte de petit cousin utilisé dès la fin du XVIIIe siècle et encore au XIXe par les femmes pour se protéger des ardeurs viriles des mâles et atténuer le choc de l’acte sexuel. Le coussin bourré de coton était percé en son centre d’un trou permettant d’introduire l’attribut viril. Le bourrelet s'attachait aux cuisses ou aux reins à l’aide de rubans.
Cet artifice permettait de « manœuvrer » sans craindre de blesser l’épouse ou l’amante à disposition. « Le bourrelet parut ainsi nécessaire à une époque où l'amour à la hussarde semble avoir été la règle plus que l'exception, dit l’anthropologue, comme en attestent ces lignes des Anecdotes du temps en 1836 : « Le duc de Roquelaure avait un membre très gros et très long. Quand il avait à se plaindre de sa femme, il la menaçait de la foutre sans bourrelet… ».

Huysmans, l’auteur si cher à Houellebecq, indique lui aussi ce que c’était de hussarder, et d’affirmer sa virilité triomphante : « J'aurais dû hussarder, ne pas m'arrêter à ses supplications et à ses leurres ; j'aurais dû lui violenter la bouche, lui faire sauter les seins » (Là-bas, t. 1, 1891, p. 250). Bref, y aller à la hussarde, c’est y aller sans fioritures ni ménagement, ne songer qu’à son propre plaisir.

Même Alfred de Musset, le poète romantique, y va de son couplet dans Gamiani ou deux nuits d’excès, un roman libertin et érotique qu’il ne signe pas et qu’on lui attribuera quelques années après sa mort : « Dans mes élans lubriques, j'avais gagné deux pouces ; toutes les mesures étaient passées, mes compagnes étaient vaincues. Je touchais aux bourrelets sans lesquels on serait éventrée… ».

Ah, les préliminaires ! On ne dira jamais assez combien ils peuvent se montrer un point de départ crucial pour la voltige à deux. Pour qu’une femme lubrifie et ne souffre pas, il faut qu’elle soit excitée. Et pour qu’elle le soit, il importe, que dis-je, il faut érotiser le moment et les caresses. 

Les préliminaires ne se limitent pas à quelques gestes stéréotypés comme une stimulation mécanique du clitoris ou un léchage des seins vite fait mal fait. Les préliminaires peuvent s’avérer bien plus subtils que ça et commencer bien avant la pénétration : conversations érotiques, sextos, massages, invention de nouveaux scénarios amoureux… A chacun de faire preuve d’un peu d’imagination !

 

La nature ne se contraint pas, elle s’apprivoise : sous l’effet de l’excitation sexuelle, les vaisseaux sanguins qui irriguent la muqueuse vaginale gonflent. Celle-ci se met alors à produire des gouttelettes appelées « rosée du désir », un confortable hydratant qui protège naturellement la muqueuse. Plus besoin alors de coussins d’amour !

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité