>
>
Torticolis et mal de nuque : les muscles aux premières loges de la cervicalgie aiguë

Torticolis et mal de nuque : les muscles aux premières loges de la cervicalgie aiguë

Publié le 23.11.2015
Torticolis et mal de nuque : les muscles aux premières loges de la cervicalgie aiguë
© 123RF-Martin Allinger

Les douleurs aiguës de la nuque et du cou, ou « cervicalgies aiguës », sont fréquentes. Elles siègent principalement dans la région postérieure du cou et peuvent s’accompagner d’une raideur musculaire appelée « torticolis » qui empêche de tourner la tête.

Torticolis et mal de nuque : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

Les douleurs aiguës du cou, ou « cervicalgies aiguës » pour les médecins, sont des douleurs d’apparition brutale, en général assez vives et qui siègent dans la partie postérieure de la région du cou.
Le « torticolis » est une cervicalgie aiguë qui s’accompagne d’une contracture musculaire.
Les causes sont nombreuses, mais la cervicalgie commune est le plus souvent liée à un trouble du fonctionnement des muscles du cou.
Des douleurs inadaptées aux lésions existent du fait des contraintes importantes sur ce segment de colonne vertébrale et de sa riche innervation.

Qu’est-ce qu’une cervicalgie aiguë ?

Les cervicalgies aiguës sont des douleurs brutales et importantes qui siègent à la partie postérieure du cou. Elle peuvent s’accompagner d’une contracture musculaire à l’origine d’un « torticolis » aigu et disparaissant le plus souvent en quelques jours.
Dans certains cas, les douleurs peuvent s’accompagner d’une irradiation douloureuse vers un bras, on parle alors de « névralgies cervico-brachiales ».
Le plus souvent, les cervicalgies aiguës banales sont favorisées par des postures et mouvements inadaptés ou par une poussée d’arthrose chez le sujet plus âgé. Mais le principal problème est quand elles surviennent après un traumatisme type « coup du lapin » (ou « whiplash »).
La région du cou est formée de 7 vertèbres cervicales qui sont assez petites et très mobiles alors qu’elles sont en charge du lien physique entre la tête et le thorax. Les vertèbres sont reliées les unes aux autres, en avant par des « disques intervertébraux », et en arrière par de petites « articulations articulaires postérieures » (une gauche et une droite). Elles sont attachées entre elles par des ligaments et des tendons musculaires.
La douleur peut prendre son origine au niveau des disques vertébraux, d’une arthrose, mais surtout des muscles, des tendons ou des ligaments. Au vu de la finesse des vertèbres cervicales, ce sont les muscles du cou qui jouent un rôle essentiel dans la réalisation des mouvements du cou et surtout dans le maintien de la tête (une tête pèse environ 5 kg). Coordonné avec les yeux, le cou est sollicité tout au long de la journée dans une multitude de mouvements, ne serait-ce que pour suivre ce que regardent les yeux alors que le corps fait autre chose.

Quels sont les signes de la cervicalgie aiguë ?

La cervicalgie aiguë banale est une douleur située au niveau du haut ou du bas de la partie postérieure du cou, aggravée lors de certains mouvements de la tête.
• La cervicalgie aiguë est calmée par le repos en bonne position (position « antalgique ») et elle bloque certains mouvements du cou qui aggravent la douleur.
La douleur peut irradier parfois vers la partie postérieure de la tête (« occiput »), les épaules ou vers l’omoplate (« pseudo-dorsalgie »). Elle peut s’associer à une contracture musculaire qui maintient la tête dans une position atypique : c’est le « torticolis ».
Les maux de tête (ou « céphalées ») plutôt postérieurs, qui apparaissent parfois en association à des cervicalgies hautes sont secondaires à une atteinte de la charnière entre la tête et le cou (« charnière cervico-occipitale »). Il peut exister aussi des vertiges ou une fatigabilité dans ce cas. Les douleurs de l’omoplate sont plutôt associées à des douleurs de la charnière entre le cou et le dos (charnière cervico-dorsale).
• La « névralgie cervico-brachiale » est une douleur d'un seul côté du cou, qui irradie dans l'épaule et le bras du même côté, jusque dans les doigts. C’est comme une sciatique mais au bras.
Elle peut survenir après une cervicalgie ou d'emblée, parfois après un accident ou un effort. La névralgie est due à l'irritation d'une racine nerveuse au niveau de la colonne cervicale, le plus souvent secondaire à une excroissance osseuse (liée à l'arthrose cervicale) ou plus rarement par une hernie discale (inverse par rapport à la jambe).
Selon la racine irritée, C4, C5, C6 ou C7, la douleur et les troubles de la sensibilité et de la commande motrice auront une topographie précise : ce qui en permettra le diagnostic.
La névralgie cervico-brachiale doit amener à consulter afin d'en déterminer la cause et mettre en place un traitement qui sera généralement assez fort, du fait du mécanisme qui est surtout compressif sur la racine.
Dans un contexte traumatique (chute, coup du lapin), la cervicalgie peut être associée à d'autres troubles qui peuvent apparaître de façon différée par rapport à l'accident : troubles visuels, auditifs, du sommeil ou dépression.

Qu’est-ce que la névralgie d'Arnold ?

Il s'agit de douleurs du cou ou de sensations désagréables (brûlures ou décharges électriques), en général d'un seul côté de la tête, et qui partent de la partie haute du cou et irradient dans la partie postéro-inférieure de la tête (l’occiput).
Elles sont, le plus souvent, déclenchées par l'extension et la rotation de la tête et correspondent à un conflit entre la première et la deuxième vertèbre cervicale (charnière cervico-occipitale), le plus souvent d'origine arthrosique.

CAUSES >>
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit