>
Les Symptômes
>
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
Publié le 04.03.2019
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
© 123RF-citalliance

Les douleurs au moment des règles sont appelées « dysménorrhées ». Fréquentes et le plus souvent bénignes, elles ne devraient pas être négligées et doivent faire rechercher des maladies comme l’endométriose.

 

Règles douloureuses : CONSULTATION

Quels sont les risques des règles douloureuses ?

Les douleurs des règles ne provoquent le plus souvent pas de complications, même si elles peuvent parfois perturber temporairement la vie quotidienne, la pratique du sport et la vie sexuelle.
Mais elles peuvent parfois être le signe d’alarme pour une endométriose ou une maladie de l’utérus (polypes…), des ovaires (kyste…) ou du vagin (hymen non perforé…). Elles doivent donc amener les adolescentes et les femmes à consulter un médecin, car certaines de ces maladies peuvent faire courir le risque d’une stérilité.

Quand faut-il consulter ?

Lors des premières douleurs survenant au moment des règles, le repos et la mise en place d’une bouillotte sur le ventre, voire la prise le plus tôt possible d'un anti-inflammatoire non-stéroïdien, suffisent à calmer les douleurs.
Cependant, dans certaines situations, un avis médical est nécessaire :
• Ce sera le cas devant des douleurs des règles apparaissant à l’âge adulte (dysménorrhée secondaire).
• Si les douleurs durent plus de 2 jours en débutant avant les règles et en se prolongeant après.
• Si les douleurs ne sont pas soulagées par les anti-inflammatoires non-stéroïdiens.
• Si les douleurs retentissent sur la vie quotidienne.
• Si les douleurs s’accompagnent de signes gênants : fièvre, pertes vaginales anormales (jaunâtres)…
• Si les douleurs s’accompagnent de saignements entre les règles (« métrorragies ») ou de règles trop abondantes (« ménorragies »)

Comment faire le diagnostic des règles douloureuses ?

Le médecin doit interroger et examiner soigneusement l’adolescente ou la femme qui souffre de douleurs anormales des règles, en particulier en cas de signes associés. Chez l’adolescente vierge, le toucher vaginal n’est pas réalisé.
Un écho-doppler pelvien sera demandé pour examiner soigneusement l’utérus, les trompes et les ovaires, ainsi que le petit bassin.
Si l’examen n’est pas assez décisif, une échographie endovaginale ou une IRM pourront être demandés.
Quelques dosages sanguins peuvent être nécessaires.

  • Chez l’adolescente, il sera recherché en priorité : une malformation (« anomalie congénitale ») comme un hymen non perforé, une malformation du col ou de l’utérus, une endométriose de l’adolescence ou des troubles hormonaux d’origine ovarienne (sécrétion de progestérone insuffisante).
  • Chez la femme adulte et en cas de dysménorrhée secondaire, l’endométriose est la première cause à rechercher. En raison de la possible migration d’amas de muqueuse utérine dans un autre endroit du ventre ou du corps où elle ne devrait pas se trouver (trompes de Fallope, ovaires, vagin, vessie, cavité abdominale, thorax...), d’autres examens du ventre et du thorax peuvent être nécessaires.

Seront recherchés dans l’utérus, une « adénomyose », des polypes ou un fibrome utérin. Un kyste ovarien est fréquemment découvert, le problème est de ne pas lui attribuer à tort les douleurs car il s’agit d’un problème fréquent. Une infection chronique des trompes ou de l’utérus peut aussi être découvertes.

<< CAUSES
QUE FAIRE ? >>