>
Les Symptômes
>
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
Publié le 04.03.2019
Règles douloureuses : les dysménorrhées sont trop souvent négligées
© 123RF-citalliance

Les douleurs au moment des règles sont appelées « dysménorrhées ». Fréquentes et le plus souvent bénignes, elles ne devraient pas être négligées et doivent faire rechercher des maladies comme l’endométriose.

 

Règles douloureuses : QUE FAIRE ?

Comment soulager des règles douloureuses ?

En cas de règles douloureuses, un certain nombre de mesures simples permettent de soulager l’inconfort.
Il est possible de se masser le ventre et d’appliquer une bouillotte chaude sur le ventre ou de prendre un bain ou une douche chaude.
En l’absence de contre indication aux anti-inflammatoires non-stéroïdiens (ulcère gastroduodénal, asthme, trouble de la coagulation), il est possible de les prendre et certains sont disponibles sans ordonnance en pharmacie (ibuprofène) : ils vont diminuer les douleurs en réduisant la production des prostaglandines qui aggravent les contractures de l’endomètre. Ils sont d’autant plus efficaces qu’ils sont pris très tôt, dès l’apparition des premières douleurs. Le traitement est nécessaire pendant 2 à 3 jours. L’aspirine semble peu efficace.

Comment traiter des règles douloureuses ?

Le médecin pourra lui aussi prescrire des anti-inflammatoires non-stéroïdiens en cas de problème à rattacher à une sécrétion trop importante de prostaglandines. Il pourra ajouter un antispasmodique en suppositoire type Spasfon®.
Si les dysménorrhées de l’adolescente ne sont pas suffisamment soulagées par les AINS, il est possible de prescrire une pilule contraceptive de type œstroprogestatif : sous contraceptif œstroprogestatif, les règles sont plus faibles et les contractions utérines moins fortes. Dans certains cas, le médecin voudra supprimer les règles avec un traitement progestatif oral.
Les stérilets délivrant de la progestérone directement à l’intérieur de l’utérus sont aussi capables de supprimer les douleurs des règles.
Enfin, si une maladie sous-jacente à la dysménorrhée a été découverte, comme une endométriose, un fibrome ou un kyste ovarien, un traitement hormonal spécifique pourra être prescrit.
Le recours à la chirurgie est possible, en particulier en cas de malformations, et doit être discuté au cas par cas.

<< CONSULTATION
PLUS D’INFOS >>