>
Les Symptômes
>
Saignement de nez : l'épistaxis est souvent bénigne
Saignement de nez : l'épistaxis est souvent bénigne
Publié le 19.02.2019
Mots-clés :
Saignement de nez : l'épistaxis est souvent bénigne
©123RF-Katarzyna Biaasiewicz

Les saignements de nez, ou « épistaxis », sont rarement graves. Quand ils sont bien faits, des gestes simples permettent le plus souvent de les faire cesser.

Saignement de nez : QUE FAIRE ?

Comment prendre en charge le saignement de nez ?

• Il faut d'abord garder son calme, le saignement étant le plus souvent bénin.
• La tête doit être penchée en avant pour éviter que le sang s'écoule dans la gorge. Il faut ensuite se moucher pour éliminer les caillots qui se forment dans les fosses nasales, puis pincer le nez entre le pouce et l'indexjuste au-dessous de l'os du nez pour comprimer les parois nasales sur la cloison pendant 10 minutes sans relâcher la pression. C'est la durée nécessaire à la coagulation.
Dans la majorité des cas, cette intervention suffit et le saignement s'arrête. Si l'écoulement de sang reprend, il faut renouveler la compression pendant 10 minutes supplémentaires.
Il est recommandé ensuite de rester au repos pendant une heure, en appliquant éventuellement de la glace sur le dos du nez et d'éviter de se moucher et de se gratter l'intérieur du nez pendant environ 12 heures.
• En cas de prise d'aspirine, d'anti-inflammatoire ou d'un médicament anticoagulant, il faut consulter le médecin traitant qui décidera de la conduite à tenir.
• Si le saignement persiste, la consultation chez le médecin ou dans un service d'accueil hospitalier s'impose. Plusieurs gestes thérapeutiques peuvent être réalisés. Le méchage consiste à introduire une gaze (une mèche) dans la ou les narines pour comprimer le vaisseau qui saigne. Il est réalisé chez les personnes dont le saignement est abondant et ne cède pas après 20 minutes. La technique consiste à introduire dans la narine un tampon qui va gonfler comme une éponge au contact du sang et réaliser une compression. Ce méchage est gardé 48 heures, en association à un traitement antibiotique, un anxiolytique et du repos.
Autre possibilité, la cautérisation des vaisseaux avec un produit chimique ou un laser.
• Enfin, lorsque le saignement ne cède pas avec les traitements précédents et que la personne a perdu beaucoup de sang les médecins peuvent réaliser un méchage postérieur sous anesthésie générale qui consiste à obturer le nez devant et derrière, soit avec des gazes, soit avec des sondes à ballonnets gonflables. Une ligature chirurgicale ou une embolisation des vaisseaux responsables du saignement est également possible dans les cas les plus sévères.

Peut-on prévenir le saignement digestif ?

Il est possible d'éviter l'irritation de la muqueuse nasale qui favorise le saignement.
Quelques conseils sont utiles : ne pas introduire les doigts dans le nez, humidifier un air ambiant trop sec, éviter les mouchages trop violents et fréquents.
Enfin, en cas de saignements trop fréquents, il faut éviter la prise d'aspirine et de médicaments anti-inflammatoires.

<< CONSULTATION
PLUS D’INFOS >>
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit