Rubéole - DIAGNOSTIC - Pourquoi Docteur

>
>
Rubéole : une menace pour les femmes enceintes et leur fœtus
Rubéole : une menace pour les femmes enceintes et leur fœtus
Publié le 01.04.2016
Mise à jour 17.04.2016
Rubéole : une menace pour les femmes enceintes et leur fœtus
©123RF-auremar

Rubéole : DIAGNOSTIC

Quels sont les signes de la rubéole acquise ?

Les signes de la rubéole sont très variables et ne surviennent pas de manière constante. Dans la moitié des cas, la maladie passe totalement inaperçue, ce qui la rend d’autant plus contagieuse.
Après l’infection, il existe une « période d’incubation » muette pendant laquelle le virus se multiplie : elle dure de 2 à 3 semaines. Cette phase va précéder l’apparition de la fièvre qui peut s’accompagner de maux de tête (« céphalées »), d’une pharyngite, de petits ganglions du cou et derrière les oreilles (« adénopathies ») et d’une conjonctivite (œil rouge).
Ensuite les boutons apparaissent sur la peau, c’est la « phase d’invasion ». Cette éruption cutanée caractéristique, appelée « exanthème roséoliforme » commence sur le visage et s’étend rapidement au tronc et aux membres tout en respectant les mains et les pieds. Les boutons sont des petites taches rose pâle lisses de moins de 3 mm, « les macules ». Elles sont séparées par des intervalles de peau saine avec une surface douce et veloutée au toucher. Au deuxième jour, les boutons peuvent se rassembler et former des plaques confluentes, notamment en bas du dos et au niveau des fesses.
Ces lésions ne démangent pas (lésions « non prurigineuses ») et disparaissent en 2 à 3 jours.
D’autres signes plus généraux peuvent survenir durant cette période, comme une fièvre modérée, un mal de gorge, des ganglions au niveau du cou et un larmoiement. Ils disparaissent, eux aussi, en quelques jours.

Quels sont les signes de la rubéole congénitale ?

Lorsqu’une femme enceinte non immunisée et non vaccinée contracte la rubéole, il y a un risque non négligeable qu’elle la transmette à son enfant à travers le placenta, c’est « la transmission materno-foetale ».
Le risque de passage du virus est plus grand lors du premier et du dernier trimestre de grossesse. Plus l’infection se déclare tôt pendant le développement embryonnaire, plus les risques de malformations pour le bébé sont grands.
A la naissance, on diagnostique une surdité du nouveau-né, associée à des malformations des yeux, qui peuvent conduire jusque la cécité et un retard mental. Mais également des lésions du cerveau, un retard de croissance, un foie hypertrophié et des anomalies au niveau osseux.
Le pronostic de ces enfants est très sombre en raison de leur polyhandicap majeur qui augmente le risque de décès précoce. A un an de vie, la mortalité due à la rubéole congénitale concerne entre 20 et 30 % des nouveaux-nés.

Comment faire le diagnostic de rubéole ?

Le diagnostic de la rubéole se fait principalement sur les signes cliniques caractéristiques de la maladie. Dans la plupart des cas, il n’y a pas d’intérêt à réaliser des examens complémentaires.
Néanmoins lorsque le diagnostic doit être confirmé avec certitude, notamment chez les femmes enceintes et les nouveaux-nés, il est possible de réaliser une prise de sang à la recherche d’anticorps dirigés contre le virus de la rubéole, on fait alors une « sérologie de la rubéole ».
La présence d’anticorps « IgM » est caractéristique d’une infection récente, alors que la présence d’anticorps « IgG » est caractéristique d’une infection ancienne pour laquelle la personne est immunisée.
Des techniques plus coûteuses de biologie moléculaire existent pour rechercher directement la présence du virus dans les sécrétions, c’est la « PCR » ou « Polymerase Chain Reaction. »

Faut-il consulter en urgence ?

La rubéole n’est pas dangereuse et ne nécessite pas de consultation en urgence. Il est néanmoins préférable de prévenir son médecin traitant pour être sur qu’il s’agisse bien d’une rubéole.
Il est préférable de l’appeler au téléphone avant de se rendre dans sa salle d’attente pour éviter de contaminer des personnes non vaccinées qui y seraient présentes.
Dans de très rares cas, des complications peuvent survenir comme des maux de tête, signe d’une encéphalite et des douleurs dans les articulations.

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit