Publicité

MIEUX VIVRE

Journée Mondiale

Contraception : les jeunes femmes réclament plus d'informations

Les femmes ont aujourd'hui un meilleur accès à l'information en matière de contraception. Paradoxalement, elles sont aussi souvent perdues face à toutes les options dont elles disposent.

Contraception : les jeunes femmes réclament plus d'informations DACHSEL/TPH/SIPA

  • Publié 25.09.2015 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


A l’occasion de la Journée Mondiale de la contraception ce samedi, le laboratoire Bayer publie les résultats d’une enquête sur les perceptions des jeunes femmes, au sujet de la sexualité et des contraceptifs.

Âgées de 20 à 29 ans, les 5 912 participantes, issues d’Europe et du Canada, ont été interrogées sur l’idée qu’elles se faisaient de leur anatomie, des rapports sexuels et des moyens de contraception à leur disposition.

 

Informations contradictoires

Leurs réponses dévoilent un véritable paradoxe : alors que les femmes ont aujourd’hui accès à de nombreuses informations sur les contraceptifs, 2 sur 5 souhaiteraient obtenir plus d’explications. Certaines ont aussi de mauvaises représentations de la sexualité. Exemple significatif, 59 % des sondées pensent que la grande majorité des femmes ont systématiquement des rapports douloureux.

Ces connaissances erronées ne sont pas si surprenantes lorsque l’on sait que 20 % des femmes interrogées s’informent principalement sur les réseaux sociaux, sans forcément remettre en cause la pertinence de ce qu’elles y trouvent.

Pour le Dr Gilles Lazimi, médecin généraliste au centre municipal de santé de Romainville (Seine-Saint-Denis) et spécialiste de ces questions, s'informer uniquement sur le Web n'est donc pas suffisant.

Ecoutez...
Gilles Lazimi, médecin-chef au centre de santé de Romainville : « On a des sites qui sont excellents. Cela veut dire qu'on peut avoir l'information. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi qu'on ait une information délivrée par des gens de confiance, par des professionnels de la santé. »

 

 

Médecins et DIU

Pour aller à l’encontre des idées reçues sur la Toile, les professionnels de la santé ont un rôle important à jouer. D’autant qu’en France, les femmes se sentent globalement en confiance pour parler sexualité et contraception avec leur médecin traitant. Plus de 65 % affirment en effet se sentir à l’aise pour aborder ces sujets.

Néanmoins, l’enquête révèle que de nombreuses questions restent en suspens lors des consultations, notamment en ce qui concerne la contraception longue durée. 77 % des Françaises ne se sont jamais vues proposer le dispositif intra-utérin (DIU) par leur médecin. Aujourd'hui, seuls 5 % d'entre elles en portent un.

Pourtant, les DIU constituent un méthode de contraception plus fiable que la pilule et le préservatif. La solution pour vaincre les résistances viendra, selon le Dr Lazimi, en deux temps : d’abord en formant mieux les médecins à proposer et à poser cette contraception, ensuite en sensibilisant le public, grâce à des consultations plus adaptées. 

Ecoutez...
Gilles Lazimi : « Le DIU au cuivre reste encore le meilleur moyen. Mais encore faut-il qu'on donne ses explications aux femmes. Il faut prendre le temps de le faire. Il faut faire des consultations dédiées à la contraception et pas autre chose ».

 

 

 
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité