Publicité

QUESTION D'ACTU

Perturbateurs endocriniens : les Français contaminés dès l'enfance


  • Publié 20.04.2017 à 10h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Ils sont partout : emballages alimentaires, cosmétiques, produits d’hygiènes, vêtements et même dans les cheveux des enfants ! Eux, ce sont les perturbateurs endocriniens. Une nouvelle enquête menée par le magazine 60 millions de cCnsommateurs révèle la présence de traces de ces composés chez un panel de petits Français.

Bisphénols, phtalates, pesticides, métaux lourds… la liste est longue des produits soupçonnés d’avoir un impact sur le système hormonal des organismes vivants, humains y compris. Mais y sommes nous tous exposés et les enfants sont-ils concernés ? « Les perturbateurs endocriniens sont suspectés de pouvoir perturber le développement normal de l’organisme, et ce même durant la vie in utero. C’est pourquoi les enfants et les femmes enceintes sont les populations à protéger en priorité », rappelle 60 millions de Consommateurs.

Pour cette étude, plus de 250 molécules ont été recherchées dans les cheveux de 43 jeunes Français, filles et garçons, âgés de 10 à 15 ans, vivant en milieu urbain ou rural. Les résultats sont édifiants : « Tous les enfants de notre étude sont contaminés », conclut l’association de consommateurs. En moyenne 34 perturbateurs endocriniens différents ont été retrouvés chez chaque enfant. Un de jeunes volontaires présentaient des traces de 54 produits !

60 Millions de Consommateurs rappelle que « chez l’enfant, on rend les perturbateurs endocriniens responsables notamment de prématurité, de malformations congénitales, ou encore de puberté précoce ». Une menace qui ne semble pas suffire à accélérer les prise de décisions à l’échelle européenne. La Commission européenne doit fixer les critères de définition de ces fameux perturbateurs, mais les débats sont nourris et les propositions faites jusqu’ici par l’UE n’ont pas permis d’aboutir à un consensus. En attendant, les Européens, petits ou grands restent exposés à ces molécules toxiques. La France avait elle pris les devant en interdisant dès 2015, le bisphénol A. Depuis il a été remplacé par le bisphénol S… dont on soupçonne désormais qu'il serait tout aussi toxique !

La question des perturbateurs endocriniens s'est invitée dans la campagne présidentielle et certains candidats se sont engagés à mettre sur pied une réglementation plus ferme. Mais à l'heure de la mondialisation, sans une politique internationale sur le sujet, les cheveux de nos chères têtes blondes risquent bien de rester contaminés pendant longtemps.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité