Publicité

QUESTION D'ACTU

Longévité des Japonais

Misao Okawa : la doyenne de l’humanité fête ses 117 ans

La doyenne de l’humanité a soufflé ses 117 bougies. Misao Okawa vit à Osaka, au Japon, où la longévité est presque une culture. Pourquoi Docteur en analyse les raisons.

Misao Okawa : la doyenne de l’humanité fête ses 117 ans /NEWSCOM/SIPA

  • Publié 05.03.2015 à 12h34
  • |
  • |
  • |
  • |


La personne la plus vieille du monde réside au Japon. Misao Okawa fête ce 5 mars ses 117 ans. Cette résidente d’Osaka est née en 1898 et possède le titre de « doyenne de l’humanité. » Son prédécesseur, Jiroemon Kimura, était également japonais, tout comme le deuxième doyen du monde, Sakari Momoi qui a récemment soufflé ses 112 bougies.

 

Des gènes de protection

Les Japonais sont connus pour leur longévité exceptionnelle : les hommes peuvent espérer vivre 80 ans, les femmes 86. En France, l’espérance de vie en est proche : 79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes. Mais un quart de la population nippone est âgé de plus de 65 ans… et le pays du Soleil Levant comptait 55 000 centenaires en septembre 2013. « Souvent, les centenaires disposent de certains gènes de prédisposition », expliquait en août dernier le Pr Philippe Amouyel à Pourquoidocteur. « Pour les Japonais, il s’agit de gènes fréquents de protection aux risques cardiovasculaires. Ils ont cette particularité de faire moins de maladies cardiovasculaires de type « infarctus » que les autres », précisait le fondateur de l’Institut de la longévité et du vieillissement.

 

Mais les gènes ne sont pas une « baguette magique » de longévité. Une récente étude parue dans PLOS One a montré que le code génétique des supercentenaires comporte des mutations. L’ancienne doyenne du monde, Hendrikje van Andel-Schipper, décédée à l’âge de 115 ans en 2005, possédait 400 mutations génétiques dans le sang.

 

Mode de vie et lien social

Comme souvent, le mode de vie influence le risque de développer certaines maladies. Les Japonais tolérant mal certains alcools, ils en consomment relativement peu. Mais leur principal avantage, c’est leur alimentation. « Le régime japonais est protecteur des maladies cardiovasculaires : il est riche en sucres lents, avec énormément de riz et de poissons crus », analyse le Pr Amouyel. Résultat : des niveaux élevés de triglycérides, mais des niveaux de cholestérol HDL et LDL bas.

L’activité physique n’est pas à exclure : les Japonais privilégient des exercices plutôt doux, course, étirements et mouvements de type tai-chi-chuan. Combinée à la méditation, cette pratique réduit le niveau de stress, ce qui est bénéfique pour la santé cardiovasculaire.

 

En fait, selon le Pr Amouyel, la longévité des Japonais tient à plusieurs facteurs. « Leur culture, leur façon de vivre, ou encore les bonnes relations sociales qu'ils entretiennent entre eux. Le Japon sait, en effet, maintenir un lien social familial extrêmement important entre les différentes générations. C'est tout ça qui fait que de plus en plus de gens vivent de plus en plus longtemps au Japon », conclut ce spécialiste.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité