Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude Inserm

Accidents de la vie courante : 20 000 décès par an

Afin de mener une étude pour mieux comprendre les accidents de la vie courante, l'Inserm cherche à recruter 100 000 Français. Chaque année, ils engendrent 11 millions de blessés et 20 000 décès.

Accidents de la vie courante : 20 000 décès par an Capture d'écran : vidéo YouTube

  • Publié 19.11.2014 à 09h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans le but de mieux comprendre les accidents de la vie courante (AcVC), l'INSERM (1) va mettre à contribution les Français. L’équipe « Prévention et Prise en Charge des Traumatismes », dirigée par Emanuel Lagarde (2), en partenariat avec Calyxis, a donc lancé ce lundi l’observatoire MAVIE qui va déterminer l’ampleur et les caractéristiques des accidents de la vie courante (AcVC) en France.
Ces chercheurs espèrent au final pouvoir identifier les facteurs associés à leur survenue et gravité grâce à la constitution d’un échantillon représentatif de 100 000 Français.

11 millions de blessés d'AcVC par an
Et pour ceux qui aimeraient participer à cette grande étude, sachez que les AcVC représentent l’ensemble des traumatismes non intentionnels (hors accidents de la route et du travail). Ils regroupent notamment les accidents domestiques, sportifs, de loisirs et scolaires.

Chaque année, ces derniers engendrent 11 millions de blessés, dont 5 millions auront recours aux urgences. Ils sont également responsables de près de 20 000 décès, soit cinq fois plus que les accidentés de la route.
Parmi ceux-ci, les chutes, les suffocations et les intoxications font le plus grand nombre de victimes. Mais malgré ces chiffres inquiétants, les scientifiques de l'INSERM font le constat que « ces accidents restent encore trop peu connus et étudiés. »

Mettre au point des programmes d’intervention prioritaires
L’observatoire MAVIE s’appuiera donc sur les éléments recueillis chez 100 000 volontaires qui seront suivis pendant plusieurs années.
Sa méthodologie reposera sur un recueil exhaustif des informations déclarées, ou observées antérieurement à la survenue de l’accident, tels que l’environnement domestique, les habitudes et modes de vie et, enfin, la santé de la victime.

« Des données précieuses pour mieux comprendre la survenue des AcVC. Elles permettraient de proposer des programmes d’intervention prioritaires pour réduire le nombre de victimes », écrit l'INSERM sur son site.
Concrètement, le but de ces travaux est de répondre à des grandes questions, telles que : Quels sont ces accidents ? Quand, comment et où surviennent-ils ? Quels sont les facteurs associés à leur survenue et leur gravité ? Comment les prévenir ? Ou encore : Quel est le devenir des victimes ?


Comment être volontaire 

Enfin, l’inscription pour participer à l'étude se fait par foyer, sur le site www.observatoire-mavie.com. Le questionnaire d’inscription comprend une description globale du foyer, des habitudes et modes de vie et en second lieu, une description de chacun des membres individuellement. Une relance trimestrielle permettra de réaliser un bilan des accidents éventuellement survenus au sein du foyer.

Source : vidéo YouTube


(1) Institut national de la santé et de la recherche médicale


(2) Unité Inserm 897 « Institut de Santé Publique, d’Épidémiologie et de Développement »/Université de Bordeaux

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité