Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude 60 millions de consommateurs

Produits pour bébé : un sur deux est toxique ou allergisant

Irritants, allergisants, voire toxiques : un produit d'hygiène pour bébé sur deux devrait être déconseillé. C'est le constat d'une étude menée par 60 millions de consommateurs. 

Produits pour bébé : un sur deux est toxique ou allergisant Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 26.10.2014 à 12h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Les étalages des supermarchés offrent un large choix de lingettes hygiéniques : bio, sans parfum, ultra-douces… Mais les couleurs attirantes et les arguments vendeurs, comme « ultra-doux » ou hypoallergénique ne sont pas fiables. La liste des composants de ces produits doit être attentivement déchiffrée. En effet, selon une nouvelle étude réalisée par le magazine 60 millions de consommateurs, la moitié des produits de grande marque contiendrait des substances toxiques pour le nourrisson. Il y a un an, c'est l'UFC Que Choisir qui tirait la sonnette d'alarme. Leur enquête révélait que 94% des lingettes et laits de toilette testés pouvaient être nocifs. 

 

52 produits passés en revue
L'enquête a été réalisée dans le but d'identifier des potentiels perturbateurs endocriniens, molécules toxiques et substances allergisantes qui pourraient représenter des risques pour les bébés, « particulièrement sensibles, parce qu'ils sont en plein développement et ont une faible capacité de détoxication », explique 60 millions de consommateurs. 52 produits hygiéniques pour bébés (lingettes, crèmes hydratantes, gels lavant) de marques vendues en supermarché ont été passés en revue avant d'émettre cette recommandation. 

Première alerte pour les parents : ne pas se fier à la mention« hypoallergénique. » La plupart des produits commercialisés dans les supermarchés portent cette mention sur leurs étiquettes mais, « à ce jour, cette allégation n’est encadrée par aucun référentiel précis », souligne le magazine. Parmi les marques affichant cette mention, 11 contiennent même des substances allergènes. Il s'agit principalement de méthylisothiazolinone, un produit « fortement décrié. »

Deuxième recommandation : « privilégier les produits qui se rincent et qui présente le moins d’ingrédients possible. » L’excès de soins peut en effet avoir des effets indésirables sur la peau du bébé tels que des rougeurs ou des irritations de la peau ainsi que des maladies inflammatoires cutanées. 


Phénoxyéthanol, propylparaben...
L’ingrédient le plus inquiétant est le phénoxyéthanol. Il est présent dans plusieurs produits destinés à nettoyer les sièges auto bébé. Pourtant, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a fortement déconseillé son utilisation dans un rapport publié en mai dernier. L’étude révèle aussi que la majorité des lingettes contiennent d’autres produits toxiques tels que le propylparaben et d'autres molécules allergisantes. Deux crèmes de change produites par deux marques leaders du secteur sont également concernées par ce problème. En revanche, les formules des liniments restent « globalement acceptables. » Etonnamment, l'ensemble des produits déclarés « toxiques » par l'étude sont principalement des produits de grandes marques.


Si le phénoxyéthanol est considéré comme toxique, c'est parce qu'il pénètre dans l’organisme via la peau. Son absorption est d’autant plus grande que le produit n’est pas rincé, comme dans le cas des lingettes. Si les effets indésirables à court ne sont pas visibles tout de suite, il existe des risques à long terme. Ce conservateur « n’est pas irritant pour la peau, ni sensibilisant, mais provoque une irritation oculaire modérée à sévère. Il ne semble pas présenter de potentiel génotoxique mais est suspecté d’être toxique pour la reproduction et sur le développement à fortes doses chez l’animal », indique le rapport de l’ANSM.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité