Publicité

QUESTION D'ACTU

Questionnaire santé

Evaluer ses risques en quelques clics

Dépendance à l'alcool, prédispostion au diabète, de simples auto-questionnnaires permettent de prendre conscience que nous mettons notre santé en danger par notre comportement ou notre négligence.

Evaluer ses risques en quelques clics Campagne de l\'Association française des diabétiques

  • Publié 03.08.2012 à 06h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Votre couple va-t-il durer ? Etes-vous une mère poule ou une maman cool ? Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ! Les tests psycho en tout genre font le bonheur des magazines féminins. Et si la question posée était : « Etes-vous à risque d’être diabétique ? » Evidemment, le titre est a priori moins accrocheur. Pourtant, les auto-questionnaires de santé ont le vent en poupe. Dernier en date, celui de l’Association Française des Diabétiques (AFD).
A l’occasion de la semaine nationale de prévention du diabète, qui se déroule du 4 au 10 juin, l’AFD vient en effet de mettre à disposition du grand public un test : en 5 minutes et 5 questions, chacun d’entre nous peut évaluer son risque de développer un diabète. Quelques informations sur l’âge, la présence de diabétiques dans la famille, l’indice de masse corporelle, l’activité physique, le fait d’avoir déjà eu des analyses de sang récentes ayant révélé un taux de sucre élevé, et le résultat tombe : le risque est faible, moyen ou élevé. L’exercice paraît tellement simple que l’on peut s’interroger sur son intérêt en terme de santé.

Gérard Raymond, président de l’Association Française des Diabétiques: « Si ce test peut montrer au plus grand nombre que le diabète n’est pas qu’une maladie de la malbouffe… »



Bien sûr, cinq cases à cocher n’ont pas valeur de diagnostic. L’auto-questionnaire permet d’évaluer un risque. Et notamment le risque lié au caractère héréditaire de cette maladie. Cependant, l’AFD espère aussi faire baisser le nombre des quelque 700 000 diabétiques qui s’ignorent. « Parmi eux, on estime que la moitié sont dans l’ignorance parce qu’ils n’ont jamais fait de test de leur glycémie, mais l’autre moitié a déjà passé des examens révélant un taux de sucre élevé dans le sang, déclare le Pr Patrick Vexiau, chef de service de diabétologie à l’hôpital Saint-Louis à Paris. Mais, ils n’ont pas compris, pas entendu ou pas voulu entendre qu’ils étaient diabétiques. Un tel test peut aider à prendre conscience ».

Gérard Raymond: « Ce test permet de mener une action de prévention, mais pas avec les sachants que sont les médecins ! ».



Les diabétiques ne sont évidemment pas les seuls à vouloir faire de la pédagogie autour de leur maladie. Les auto-questionnaires de santé fleurissent un peu dans tous les domaines. Comment faire la différence entre une simple céphalée et une migraine ? La Fédération française de cardiologie a, elle, élaboré un test pour évaluer son risque de faire un infarctus. Mais, c’est sans doute pour évaluer une conduite à risque qu’ils sont le plus pertinents.

Alain Rigaud, président de l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) : « L’intérêt de l’auto-questionnaire, c’est que l’on se retrouve seul face à sa conscience ».



Pour dépister une consommation excessive d’alcool, les auto-évaluations sont particulièrement précieuses. En effet, peu de médecins osent encore aborder cette question lors de leur consultation. C’est pourquoi le questionnaire FACE, conçu pour être réalisé par un médecin, peut parfaitement être utilisé directement par le grand public. Là aussi en 5 questions toutes simples, le bilan tombe : consommation excessive ou pas.
Maintenant, ces quizz santé permettent-ils d’inverser la vapeur, et donc de modifier sa pratique à risque ? Evidemment, tout l’enjeu est là. Des travaux de l’Organisation mondiale de la santé ont démontré qu'un simple conseil de quelques minutes peut réduire d'un tiers le nombre de buveurs excessifs.


Alain Rigaud: «Ces questionnaires sont des petites graines qui vont pousser et porter peu à peu leurs fruits ».

A l’avenir, ces auto-questionnaires visant à mesurer un risque pour sa santé vont sans doute se multiplier. Ils surfent en effet sur deux vagues très porteuses : la tendance qui veut que le malade prenne sa santé en main mais aussi le développement des nouvelles technologies. Apple store compte à lui tout seul une bonne trentaine d’applications visant à soutenir les fumeurs qui tentent de se sevrer. Des applications qui côtoient celles qui permettent aux fumeurs impénitents de trouver le bureau de tabac le plus proche !
Evidemment, tous ces tests ne se valent pas. Il faut savoir trier le bon grain de l’ivraie. Alain Rigaud, le président de l’Anpaa, conseille de ne retenir que les tests qui s’affichent sur des sites scientifiquement crédibles, « de préférence des institutions comme l’Institut national de prévention en éducation à la santé ». Autre recette : s’assurer que le test est identique sur plusieurs sites et que l’on parvient aux mêmes conclusions si l’on rentre les mêmes données au départ. Enfin, le résultat d’un auto-questionnaire ne peut pas avoir la valeur d’un diagnostic. Les tests qui conseillent de consulter son médecin en cas de risque élevé marquent évidemment des points.


Première publication le 3 juin 2012 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité