Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude française

Les dépressions à répétition ont des effets neurotoxiques

La dépression n’affecte pas seulement l’humeur, elle impacte durablement le cerveau, particulièrement lorsque les épisodes dépressifs se répètent.

Les dépressions à répétition ont des effets neurotoxiques SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 15.10.2014 à 09h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Neurotoxique. Le mot n’est pas trop fort pour désigner les effets de la dépression. Une étude, menée par l’unité « Centre de psychiatrie et neurosciences » de l’INSERM, met en évidence les dégâts permanents des épisodes dépressifs répétés sur le cerveau. Ses auteurs, qui publient dans European Neuropsychopharmacology, plaident en faveur d’une meilleure prise en charge.

 

De 35 secondes à 1 minute 30

« La dépression est une maladie, et comme toutes les maladies, quand elles ne sont pas soignées, ou pas suffisamment, elle laisse des cicatrices », résume le Pr Philip Gorwood, chef de service de la Clinique des Maladies mentales et de l’encéphale (CMME) de l’hôpital Sainte-Anne (Paris) et principal auteur de l’étude. Menée auprès de 2 048 patients, elle a évalué l’impact des épisodes dépressifs majeurs sur le cerveau de ces derniers. Tous ont pris part à un test simple, pendant leur dépression et 6 semaines après la disparition des symptômes. Il consiste à relier des cercles numérotés, placés dans le désordre.


Sans surprise, la maladie se traduit par une difficulté à compléter rapidement le test. Six semaines après une ou deux dépressions, les participants ont besoin de 35 secondes pour compléter cet exercice. Mais passés trois épisodes, la durée nécessaire augmente fortement. Chez certains patients, il fallait près d’une minute trente pour y parvenir. « Les premier et deuxième épisodes sont relativement identiques, comme si l’organisme était capable de faire avec une ou deux dépression », analyse le Pr Philip Gorwood, contacté par pourquoidocteur. Ensuite, « de manière cicatricielle, vous avez un cerveau qui va moins vite. »


Consulter vite, traiter vite

C’est la première fois que les effets neurotoxiques de la dépression sont démontrés. Selon le Pr Gorwood, ces résultats militent clairement en faveur d’un dépistage et d’une prise en charge rapides et systématiques. « Consulter pour rien, ce n’est pas très grave, mais consulter avec trois mois de retard, cela réduit les chances d’efficacité », martèle le chercheur.

 

Ecoutez le Pr Philip Gorwood, de l’unité INSERM « Centre de psychiatrie et neurosciences » : « Beaucoup de sujets dépressifs ne sont pas soignés. Ces dépressions durent plus longtemps, se répètent plus et sont plus à risque d'effet cicatrice. »

 

« On est moins rentable, on se remet en question »

L’équipe ne se contente pas de mettre en évidence l’impact de la dépression sur le cerveau. Elle explique aussi comment cet effet neurotoxique impacte le risque de rechute et forme un cercle vicieux. « Quand vous sortez d’une dépression, vous n’avez plus de symptômes, le moral va mieux. Vous retournez travailler après deux ou trois semaines d’arrêt maladie, et tout le monde vous tombe dessus, pour rattraper les dossiers en retard », illustre le Pr Philip Gorwood. « Quand on n’a pas le moral et qu’en plus on va moins vite, on a forcément des difficultés à remplir ces tâches. On est moins rentable, et on se remet en question, ce qui participe aux troubles de l’estime de soi. Cela peut être un facteur favorisant un nouvel épisode dépressif majeur. »

L’étude suggère également qu’une « remédiation cognitive », une forme de prise en charge non médicamenteuse, est particulièrement efficace dans le traitement d’une dépression.

 

Ecoutez le Pr Philip Gorwood, chercheur à l’INSERM : « La remédiation cognitive consiste à faire travailler des fonctions spécifiques du cerveau qui sont affectées par la dépression. »

 

Mais au-delà de la prise en charge d’un épisode dépressif majeur, c’est la prévention d’une rechute qui compte. Cette étude le souligne particulièrement. Les rechutes, c’est justement ce qui inquiète les médecins depuis longtemps, car leur risque augmente en même temps que les épisodes dépressifs... ce qui affecte l'efficacité de la prise en charge.

 

Ecoutez le Pr Philip Gorwood, chercheur à l’INSERM : « Lorsque vous avez fait une dépression, au lieu d'avoir 15 % de risque d'en refaire une, vous êtes à 50 %, quand vous en avez fait deux, vous passez à 70 %. »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité