• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles du sommeil, hygiène de vie dégradée

Diabète de type 2 : le travail en trois-huit augmente le risque

Le rythme de travail d'un individu pourrait augmenter son risque de développer un diabète de type 2. C'est particulièrement le cas des « trois-huit », particulièrement irréguliers.

Diabète de type 2 : le travail en trois-huit augmente le risque Tony Avelar/AP/SIPA

  • Publié le 25.07.2014 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Si vous faites les trois-huit, que vous avez un rythme de travail irrégulier, vous êtes plus à risque de développer un diabète de type 2. C’est ce que démontre une grande étude internationale, publiée dans la revue Occupational and Environmental Medecine. Les dérèglements de l'horloge biologique seraient responsables de cette association.

Un risque accru de 9 %

L'étude, réalisée auprès de 226 652 personnes, a évalué l'impact du travail aux trois-huit, qui fonctionne par roulement de huit heures. Il peut dérégler complètement l’horloge biologique. Cela peut conduire à des problèmes hormonaux, un manque de sommeil important, et de manière plus générale, une hygiène de vie dégradée.

 

Les chercheurs estiment que ce rythme de travail décalé peut augmenter de 9 % les chances d’être diabétique. Une probabilité qui explose et atteint les 42 % si les employés alternent entre travail de jour et travail de nuit, et 35 % si il s’agit d’hommes. Ils conseillent donc à ces personnes de se faire dépister très rapidement, mais aussi de pratiquer une activité physique et de faire tout particulièrement attention à leur régime alimentaire. Parfois plus facile à dire qu'à faire lorsqu'on a un emploi du temps irrégulier.

 

Un sommeil perturbé

Le dérèglement induit par des horaires de travail décalés va très loin. Des rythmes de sommeil perturbés, des repas à des heures irrégulières et tardives peuvent réduire les capacités du corps à brûler les graisses. Cela favorise le développement d'une obésité et d'un diabète. En effet, des études ont montré par le passé que faire dormir des personnes à des périodes inadaptées par rapport à leur organisme pouvait déclencher un prédiabète, seulement quelques semaines après.

 

En France, près de 3,5 millions de personnes sont diabétiques, un chiffre en constante augmentation depuis 2000. Cette étude devrait permettre de mieux cibler les personnes à risque et d’améliorer les mesures de prévention. Les autorités sanitaires pourraient aussi jouer un rôle clé, en conduisant des interventions de prévention spécifiques à ces travailleurs en trois-huit et, peut-être, en améliorant leurs conditions de travail, estiment les chercheurs.

 

 

Publicité
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité