Publicité

QUESTION D'ACTU

Fin de l'isolement

Peste : la ville chinoise de Yumen n'est plus coupée du monde

Il y a quelques jours, la Chine a enregistré un cas de peste. Suite au décès de ce patient, tout un village avait été fermé. Jusqu'à aujourd'hui, où la ville de Yumen a réouvert ses portes. 

Peste : la ville chinoise de Yumen n'est plus coupée du monde Le patient chinois décédé a été contaminé par la peste à cause d'une marmotte, COEURS DE NATURE/LECQUYER JEROME/SIPA

  • Publié 24.07.2014 à 11h15
  • |
  • |
  • |
  • |


C’était un scénario digne du roman La Peste, de l'écrivain nobélisé Albert Camus. Depuis le 20 juillet, 30 000 personnes étaient retranchées dans leur village de Yumen, au Nord de la Chine. Elles avaient l’interdiction d’en sortir jusqu’à nouvel ordre. Et pour cause : un homme de trente-huit ans, habitant dans cette ville de la province du Gansu est mort récemment après avoir contracté une forme particulièrement virulente de peste bubonique, plus connue sous le nom de peste noire. 151 villageois avaient par ailleurs été mis en quarantaine après avoir eu, de près ou de loin, des contacts avec la victime.
Une histoire qui se raconte au passé puisque ce jeudi la ville chinoise a été rouverte. Pour justifier leur décision, les autorités locales ont expliqué qu'aucun autre cas de peste bubonique n'avait été constaté dans la commune. Pourquoidocteur revient sur cette maladie, un "serial killer" qui refait surface.

Une campagne d'extermination des rongeurs a été menée
La peste bubonique est souvent considérée comme une épidémie du passé. De nombreux progrès ont en effet été réalisés, dans de nombreuses régions du monde, grâce à l’utilisation d’antibiotiques et à des mesures de prévention. Pourtant, la peste noire sévit encore, particulièrement en Afrique, où Madagascar est le principal foyer, et en Amérique. L’Organisation Mondiale de la Santé a ainsi recensé 40 000 cas au cours des quinze dernières années, dans 25 pays. Le dernier cas français, lui, date de 1945, en Corse.
Véhiculée par les rongeurs, la peste se transmet à l’homme par les piqûres de puces infectées. Dans le cas du récent décès à Yumen, la victime aurait découpé un cadavre de marmotte, porteuse de la bactérie de la peste (Yersina Pestis), pour le donner à manger à son chien. C’est ainsi qu’il aurait pu être piqué. Pour cette raison, les autorités chinoises ont procédé à une campagne d'extermination des rongeurs et puces dans les quatre secteurs de quarantaine désignés.


En quête d’un vaccin

Cette décision "drastique" s'explique par le fait que la peste n'est pas pathologie anodine. Elle se caractérise par un syndrome infectieux très grave, c’est-à-dire par une forte fièvre, ainsi que par l’apparition d’un bubon, une hypertrophie du ganglion lymphatique. Sans soins, la maladie évolue vers une septicémie généralisée, et souvent mortelle. Les antibiotiques permettent souvent d'en guérir, mais les chercheurs du Centre Pasteur aimeraient développer un vaccin capable de protéger l'organisme d’une infection. Faute de financement, celui-ci reste pour le moment au stade de l’hypothèse.

Enfin, d'après certains spécialistes internationaux de cette maladie, ce nouveau cas de peste noire en Chine pourrait permettre une nouvelle prise de conscience, d’autant que la maladie réapparait de manière inquiétante dans certains pays où elle avait disparu depuis 80 ans. D’ailleurs, le développement de nouveaux cas en Europe n'est pas à exclure, expliquaient récemment des chercheurs français du Centre médical de l'Institut Pasteur (Paris).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité