Publicité

QUESTION D'ACTU

Chez les dermatologues américains

Les échantillons de médicaments font gonfler les prescriptions

Les médecins qui acceptent des échantillons gratuits ont tendance à rédiger des prescriptions plus coûteuses, note une étude qui a suivi des dermatologues pendant 10 ans.

Les échantillons de médicaments font gonfler les prescriptions KROD/WPA/SIPA

  • Publié 18.04.2014 à 11h11
  • |
  • |
  • |
  • |


Les échantillons gratuits de médicaments ont des effets secondaires inattendus. Selon une étude parue ce 16 avril dans le JAMA Dermatology, ils influencent la nature des prescriptions et font grimper leur coût. Une équipe de l’école de médecine de Stanford (Californie) a fait cette observation en comparant le montant des prescriptions chez des dermatologues acceptant les échantillons et ceux les refusant.

 

Du simple au double

Au départ de cette étude, un constat personnel. Quand, en 2006, l’université de Stanford interdit à ses médecins d’accepter les échantillons de médicament, le Dr Alfred Lane voit la nature de ses prescriptions changer. « Je me suis rendu compte que les patients étaient envoyés à Stanford avec des prescriptions de médicaments nouvellement brevetés qui ne m’étaient pas familiers. Parfois, je devais vérifier ce qu’ils faisaient vraiment. Ils ne m’apparaissaient pas d’un grand bienfait, et ils étaient vraiment très chers », souligne le Dr Lane.

 

Son étude, menée sur 9 ans (2001-2010), confirme ces observations : ces pratiques commerciales influencent réellement les prescriptions. En 2005, les 4 médicaments contre l’acné les plus prescrits étaient les plus « offerts » aux dermatologues. Dans la plupart des cas, 9 des 10 médicaments les plus prescrits sont aussi offerts en échantillons. Parmi eux, presque tous ont un équivalent générique moins cher… Le montant moyen d'une prescription varie du simple au double selon que le dermatologue accepte ou non des échantillons gratuits : il passe de 200$ à 465$. Et l’étude ne s’est concentrée que sur les traitements de l’acné chez l’adulte. Cet écart se crée souvent de manière inconsciente, soulignent les auteurs, mais les effets n’en sont pas moins réels. « Les médecins ne sont pas forcément conscients de la différence de prix entre les médicaments de marque et les génériques, et les patients ne se rendent pas compte qu’en acceptant un échantillon, ils s’exposent au risque de recevoir ensuite une prescription plus chère », résume le Dr Lane.

 

La France pose des limites

L’industrie pharmaceutique américaine dépense chaque année 16 milliards de dollars en cadeaux et échantillons de médicaments. Les médecins, eux, se justifient en invoquant un désir d’aider des patients non assurés ou dans le besoin. Ils ont d’abord « le sentiment qu’ils leur donnent plus de liberté et de flexibilité pour aider les personnes sans assurance, ou avec peu de moyens », explique Michael Hurley, co-auteur de l’étude. « Mais les données nationales ne le reflètent pas. Ces personnes ne correspondent pas au profil de ceux qui acceptent les échantillons. » A noter toutefois que la tendance est à la baisse partout, sauf chez les dermatologues.

 

En France, la situation est moins problématique : le Leem (Les entreprises du médicament) s’est limité de lui-même. En 2012, il a préconisé de limiter le nombre d’échantillons remis aux médecins à 4 médicaments par personne, par molécule et par an, pour une durée limitée de deux ans. La Haute Autorité de Santé a également mis à jour ses recommandations en 2013. Elle souligne que le délégué médical a interdiction de proposer des cadeaux ou des échantillons de lui-même. Ceux-ci ne peuvent être offerts que sur demande du médecin.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité