Publicité

QUESTION D'ACTU

Haut conseil de santé publique

Coupe du monde au Brésil : des conseils sanitaires aux voyageurs

Les voyageurs français, qui soutiendront leur l'équipe nationale dans un stade brésilien, devront prendre quelques précautions sanitaires pour que la fête ne soit pas gâchée. 

Coupe du monde au Brésil : des conseils sanitaires aux voyageurs Reinaldo Coddou/Pixathlon/SIPA

  • Publié 25.03.2014 à 07h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le Brésil a ses charmes, mais aussi ses risques ! A l'occasion de la Coupe du monde de football 2014 qui aura lieu dans douze villes brésiliennes (1) du jeudi 12 juin au dimanche 13 juillet, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) publie ses recommandations sanitaires à destination des Français qui s'y rendent. Dans un avis publié ce lundi, l'instance d'expertise dresse une liste des conseils aux voyageurs pour une compétition sans problème. Le HCSP répond en fait à une saisine du ministère des Affaires étrangères. 

Des traitements anti-palu nécessaires en fonction des régions

Comme les stades de la compétition sont géographiquement très éloignées les uns des autres, certaines recommandations varient en fonction des villes où prévoient de séjourner les voyageurs.
Par exemple, la prise d'un médicament antipaludique à titre préventif est recommandée seulement dans certains états. Ceux de la « région amazonienne légale » : Acre, Amapá, Amazonas, ouest du Maranhão, nord du Mato Grosso, Pará (sauf la vile de Bélem), Rondônia, Roraima et Tocantins. Des zones de risque de transmission, plus ou moins importants, de P. vivax existent également dans d’autres zones géographiques (voir la carte ci-dessous).

Par ailleurs, outre la chimioprophylaxie, une protection individuelle contre les piqûres de moustiques (répulsifs, moustiquaires imprégnées d’insecticide) est recommandée à tous les touristes voyageant dans ces zones à risques.




Des répulsifs et moustiquaires pour sa protéger de la dengue

Autre risque évoqué par les autorités sanitaires françaises, celui relatif aux cas de dengue qui ont été recensés dans presque tous les Etats du Brésil en 2013. Quelle que soit la destination dans le pays, pour se protéger du risque de dengue, ou d'autres maladies à transmission vectorielle pour lesquelles n'existe ni vaccin, ni traitement préventif, comme le chikungunya, le HCSP préconise d'appliquer rigoureusement les mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques. Là encore, les voyageurs devront user des répulsifs et moustiquaires imprégnées d'insecticide.

Des vaccinations identiques à celles du calendrier vaccinal français
E le HCSP recommande aux voyageurs d'être à jour des vaccinations du calendrier vaccinal français (notamment concernant les valences diphtérie, tétanos, poliomyélite, rougeole et hépatite B).
Mais aussi de se faire immuniser contre la fièvre jaune pour un séjour dans une zone d'endémicité, contre l'hépatite A, contre les infections invasives à méningocoque par un vaccin quadrivalent conjugué, contre la typhoïde pour les séjours d'un mois ou plus et contre la rage dans les situations à risque.

(1) Belo Horizonte, Brasília, Cuiabá, Curitiba, Fortaleza, Manaus, Natal, Porto Alegre, Recife, Rio de Janeiro, Salvador, São Paulo 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité