• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Une étude sur 10 000 patientes

La mortalité par cancer du sein augmente avec l'âge

Le pronostic du cancer du sein hormonodépendant empire avec l'âge. Les résultats de cette étude devraient conduire à personnaliser davantage les traitements.


  • Publié le 18.04.2012 à 11h21
  • |
  • |
  • |
  • |


On pensait jusqu’ici que lorsqu’un cancer du sein était découvert après la ménopause, les chances de guérison étaient plus importantes que pour une femme jeune. Faux espoir. Selon une étude internationale qui a observé plus de 10 000 patientes, la mortalité liée au cancer du sein hormono-dépendant (ou RH+) augmente avec l’âge et s’accroit particulièrement après 75 ans.

 

Dr Daniel Serin, cancérologue, Institut Sainte Catherine, Avignon: “Attention, l’âge serait un facteur de mauvais pronostic”

 

 

Une seule étude ne peut suffire à remettre en cause toutes les connaissances acquises mais cette étude publiée dans le prestigieux journal de l'Association américaine de médecine créé véritablement la surprise. Comment expliquer cette augmentation de la mortalité avec l’âge? L’étude n’était pas construite pour répondre à cette question mais les auteurs avancent plusieurs hypothèses. Les patientes âgées pourraient moins bien répondre aux traitements.

 

Dr Daniel Serin: “Peut-être que les traitements deviendraient moins efficaces après 74 ans”

 

 

Les essais cliniques, ces études qui permettent de tester l'efficacité d'un médicament, sont en effet rarement menés chez des malades de plus de 75 ans. Or à cet âge, on prend souvent plusieurs médicaments par jour pour traiter son hypertension, son diabète, son ostéoporose … On ne sait donc pas comment ces autres médicaments agissent sur l’efficacité du traitement du cancer.
Seconde hypothèse, les cancers des femmes âgées sont sous-traités. On hésitera davantage à imposer une radiothérapie ou une chimiothérapie à forte dose à une femme de 80 ans. Ce qui est à première vue une précaution face à des patientes plus fragiles est en fait préjudiciable pour l’évolution de leur cancer.


Dr Daniel Serin: “L’âge ne doit pas être un critère de diminution de l’ambition thérapeutique”

 


Ces nouveaux résultats renforcent encore la nécessité d’adopter la même attitude agressive avec la tumeur quelque soit l’âge de la femme. Une limitation tout de même, ce que les médecins appellent les commorbidités, autrement dit, les autres maladies de la patiente. Elles peuvent constituer un facteur de risque qui empêche d'avoir recours à certains traitements. On parle de plus en plus de prise en charge individualisée des cancers notamment en fonction de la nature de la tumeur. Si ces résultats se confirment, le grand âge pourrait devenir un facteur supplémentaire de personnalisation des traitements.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité